Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Soutien

Recherche

Comme une machine qui consommerait un maximum de pétrole uniquement pour entretenir sa surchauffe, l'intello du dessous consomme un maximum de facultés intellectuelles pour entretenir sa capacité à surmener son cerveau... en pure perte. Un pur produit de la société de surinformation dans laquelle on patauge...

Aujourd'hui j'ai décidé que tout ça allait sortir, et que je ferais connaître à  d'autres cerveaux surmenés et improductifs le chaos de mes pensées. Ca me fend un peu le coeur d'ajouter au flot d'informations inutiles qui circulent sur le net, mais il paraît qu'un être humain doit s'exprimer pour vivre, il paraît qu'il faut partager ses pensées pour qu'elles ne restent pas vaines. Alors bien sûr, cette décision tiendra jusqu'à ce que la somme d'informations que j'ingurgite chaque jour ne submerge la ressource mémoire où est née l'idée de ce blog, mais ne désespérons pas. Peut-être que le Bouddha qui veilla sur mon berceau me donnera la faculté d'entretenir mon jardin...

 

Archives

18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 16:27
Pour la journée de refus de la misère, Xavier Bertrand et Valérie Pécresse donnent des miettes de pain aux stagiaires étudiants.


Le jour même de la Journée mondiale du refus de la misère, le ministre du Travail, des relations sociales et de la solidarité Xavier Bertrand et la ministre de l'Enseignement  Supérieur de la Recherche Valérie Pécresse, n'ont vu aucun cynisme à présenter au Comité des stages un projet de décret qu'on peut qualifier de véritable bras d'honneur vis-à-vis de tous ceux qui se sont battus pour que les stagiaires en entreprise ne soient pas des travailleurs sans contrat, sans droit et sans salaire.
S'appuyant sur la loi de mars 2006 sur l'Egalité des Chances de Dominique de Villepin, où un  article sur la gratification des stages de plus de trois mois avait été ajouté en urgence en pleine crise du CPE, le décret présenté prévoit une gratification minimum de 12,5 % du plafond horaire de la Sécurité Sociale, soit moins de 30% du SMIC, et ce uniquement à partir du premier jour du  4e mois. Ce projet de Décret aurait donc permis de rendre tout à fait légal les stages de 3  mois sans aucune gratification, permettait de rémunérer 379 euros un stage de 4 mois (soit 94 euro par mois!!) , 758 euro un stage  de 5 mois (soit 151 euro par mois) et 1137 euros un stage de 6 mois (soit 189 euros par mois). Quelle avancée spectaculaire!!! Ce n'est que grâce à une révolte salutaire des membres de Génération Précaire présents que Xavier Bertrand a consenti à  envisager une "amélioration" de ce texte avant son adoption. A la suite des discussions du comité des stages, plusieurs syndicats (CGT, CFE-CGC, FO) avaient fait des propositions communes telles que la gratification dès le premier jour de stage à 50% du SMIC et progressives en fonction de la durée et du niveau d'étude du stage, et  l'impossibilité de créer des Diplomes universitaires sans cours dispensés par l'organisme de formation et composés uniquement de stages (vous ne rêvez pas, c'était une proposition du Comité des Stages!) . Des points d'accord qui n'auront même pas été relevés par les représentants du gouvernement.

Rappelons que cette loi sur la gratification des stages était sensée faire partie du projet de loi sur l'Egalité des Chances, et qu'un autre objectif affirmé du gouvernement est de professionnaliser les cursus et de rendre obligatoires des stages dans tous les cursus universitaires[1]. Belle égalité des chances qui rend obligatoire pour tous les étudiants des stages en entreprise avec une gratification aussi symbolique: on se demande comment les étudiants  qui travaillent pour financer leurs études pourront y faire face. Non seulement on continue de nier tout apport de valeur de la part des jeunes qui font des stages en entreprise, mais en plus on offre sur un plateau des cohortes de jeunes travailleurs dociles et gratuits aux entreprises.

C'est tout l'équilibre du marché du travail qui est menacé par l'orientation que prend ce gouvernement. En même temps qu'on rend obligatoires les stages pour tous les étudiants, on  autorise les entreprises à ne pas les payer pour peu qu'ils restent moins de 4 mois dans  l'entreprise. Etant donné le nombre de jeunes inscrits chaque année dans les facs, c'est une marée de travailleurs gratuits qui s'abattra sur les entreprises, à leur grande satisfaction, malgré ce qu'elles aimeraient faire entendre.
 Quelle que soit l'inexpérience d'un étudiant, il serait bien naïf de considérer qu'en trois mois en entreprise il n'apportera absolument aucune valeur ajoutée.

Etant donné l'absence de réponse aux demandes de moralisation des stages existants [2],  des postes risquent d'être remplacés par des roulements de stagiaires étudiants, et ce dans tous les secteurs et à tous les niveaux de
l'entreprise. Partout des emplois pourront être occupés par des étudiants stagiaires gratuits, le seul contrôle étant aujourd'hui laissé aux organismes de formation dont on sait le peu de moyen pour vérifier l'aspect pédagogique et la cohérence avec le cursus des stages effectués.

De plus, alors que des réformes importantes sont en cours sur les régimes des retraites et le financement de la sécurité sociale, on continue d'exclure les jeunes de la participation à ces financements. Le gouvernement a tellement à coeur de réduire les cotisations des entreprises que le ministre Xavier Bertrand n'envisage pas qu'une rémunération décente des stagiaires puisse donner lieu à cotisation. A la suite de l'annonce d'une possible amélioration du décret,  il continue d'affirmer sans ciller qu'augmenter la gratification des stagiaires serait un "coût
pour les finances de la Sécurité sociale car cela ne peut fonctionner que si nous augmentons la franchise".
C'est dire à quel point le ministre est enfermé dans le carcan des revendications patronales, pour qui aucune gratification n'est possible sans franchise de cotisations sociales.

Nous ne pouvons pas laisser légaliser cette mise à disposition gratuite des jeunes pour les entreprises. Cela concerne tous les salariés, tous les demandeurs d'emploi, et surtout toute une société qui envoie à ses jeunes un message très clair: vous ne valez rien.



[1]: "Il faut professionnaliser tous les cursus", a insisté Valérie Pécresse devant les membres  du comité, avant de préciser que chaque diplôme post baccalauréat devrait à terme  comporter au moins un stage dans le monde professionnel."
http://www.premier-ministre.gouv.fr/information/actualites_20/un_comite_veillera_professionnalisation_57226.html
[2]: La comptabilisation du nombre de stagiaires dans les entreprises n'est toujours pas actée: les propositions du comité des statges préoyaient d'en faire porter la responsabilité aux organismes de formation. Génération Précaire souhaite  que les stagiaires soient inscrits au Registre Unique du Personnel, afin que l'inspection du Travail puisse faire son travail de détection des emplois camouflés en stages.
Aucune durée maximale n'a encore été fixée pour les stages étudiants.
Aucun quota de stagiaires n'est fixé auprès d'un même maître de stage: un maître de stage peut donc avoir en même temps une dizaine de stagiaires sans problème.
Aucun délai de carence entre deux stages n'est fixé: ainsi, un maître de stage peut avoir en permanence un stagiaire pour l'assister dans son travail.
Rien ne limite les reconductions de stage: en l'état, un stagaire peut être incité à effectuer plusieurs stages de trois mois gratuits à la suite sans que l'entreprise d'accueil en soit inquiétée.



En savoir plus:

http://fr.news.yahoo.com/afp/20071017/tfr-social-education-entreprises-gouvern-b7b6525.html

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-968122,0.html
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20071018.OBS0380/les_stages_indemnises_380_euros_a_partir_de_4_mois.html?idfx=RSS_politique
http://www.vousnousils.fr/page.php?P=data/autour_de_nous/l_actualite_du_jour/depeches_de_l_educat/&key=20071018&key2=071018113531.9xyn8foz.xml

Repost 0
8 octobre 2007 1 08 /10 /octobre /2007 23:36
J'hésite entre rire, pleurer ou crier face au reportage de France  2 ce soir sur les anti-OGM.

Complètement partiale,  la  journaliste a décidé de nous désigner les anti-OGM  comme des terroristes  cruels , qui vont créer une épidémie de suicides chez les agriculteurs. C'est risible de parti pris.  On y voit des militants de Greenpeace  colorer honteusement des brins de maïs avec du colorant alimentaire, et la journaliste de s'étonner que les gendarmes n'arrivent qu'"une fois que l'opération est terminée" et qu'ils aient "visiblement reçu  la consigne d'y aller en douceur". Mais quelle honte, il faudrait les jeter à terre, les menoter, les baillonner, les rouer de coups, ces terroristes!!! Ou comment faire un reportage sous le seul angle d'un fait divers. "Un agriculteur se suicide; mais  où sont les méchants qui l'ont poussé à cela? Ah! Ils sont là!! BOuh!!" Voilà un bon résumé du reportage.

Pauvre télé.... elle est bien malade...
Repost 0
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 12:18

Je ne peux m'empêcher de faire allusion à cette enquête d'Auto Plus. A quand un Vélib' renversé par un Jean Louis Borloo sur une voie de bus? (c'est vrai, pour Auto Plus c'est pas grave d'être abonné aux voies de bus, pour les cyclistes qui empruntentent les itinéraires où la piste cyclable est située sur la voie de bus, c'est plus gênant...)

Zéro de conduite pour le gouvernement

A fond les réformes. Comme tous les ans, Auto Plus épingle dans son édition de cette semaine le président Nicolas Sarkozy et son Premier ministre François Fillon pour des infractions répétées au code de la route, notamment des excès de vitesse et feux rouges grillés imputables à leurs chauffeurs. L'hebdomadaire explique avoir voulu mettre «le nouveau gouvernement à l'essai», des reporters ayant suivi divers déplacements du président et du gouvernement entre le 28 août et le 26 septembre.
Selon le «palmarès» établi par Auto Plus, Nicolas Sarkozy arrive en tête avec huit excès de vitesse (dont un à 128 km/h sur la N118, limitée à 90 km/h), huit feux rouges grillés, deux contresens, un franchissement de ligne blanche et une voie de bus.
Le président de la République qui a commis selon le journal plus de violations du code de la route que ses prédécesseurs Jacques Chirac et François Mitterrand, figure également parmi les plus pollueurs au «Grenellomètre» d'Auto Plus, avec François Fillon et Michèle Alliot-Marie.
Pilote de course à ses heures, le Premier ministre talonne le chef de l'Etat avec quatre excès de vitesse (dont un à 77 km/heure en plein Paris), 13 feux rouges grillés, quatre contresens, cinq lignes blanches et cinq voies de bus.
A l'opposé, Jean-Louis Borloo apparaît comme un «exemple à suivre», souligne le journal, même s'il est abonné aux voies de bus. Circulant sans escorte, le ministre de l'Ecologie est celui qui pollue le moins. Rachida Dati, la ministre de la Justice, semble également très sage par rapport à ses collègues.

20Minutes.fr, éditions du 02/10/2007 - 19h45 

 



Repost 0
27 septembre 2007 4 27 /09 /septembre /2007 13:25
Pour ceux qui n'ont pas encore été  à la  Tribu à Stains,  pour voir les dernières oeuvres d'Mline, sachez que le vernissage a lieu demain soir à partir de 18h30, et que ce sera la dernière occasion d'y faire un saut  (oui, c'est un vernissage avant décrochage...)

Alors je sais, Stains c'est loin  de Paris et tout ça , mais  ça peut valoir le coup quand même. En tout cas, j'y serai .


Un petit rappel de l'adresse (même si elle est déjà là, en haut à gauche)

La Tribu
30 Avenue Louis Bordes
93240 STAINS


Métro 13 Saint Denis-Université puis bus 255 direction mairie de Stains , descendre à François Begue
ou RER D direction Goussainville arrêt Pierrefite Stains puis bus 150 direction porte de la Villette , descendre à Mairie de Stains.
En gros dans le coin y a des arrêts des bus 150, 252 et  255, y a la Mairie de Stains, la Poste centrale de Stains, le gymnase Joliot Curie pour les jeunes, le foyer Ambroise Croizat et la Maison de retraite Saint vincent de Paul pour les vieux, la Bibliothèque Aragon pour les intellos, le marché Barbusse... Vous trouverez bien quelqu'un pour vous indiquer :p

Et si votre truc, c'est plutôt la musique , il y aura un concert de Tomislav  à partir de 21h; à découvrir ici
Ca me  plaît bien, une bonne occasion de le découvrir :-)
Repost 0
23 septembre 2007 7 23 /09 /septembre /2007 10:20
Après la réaction d'usagère moyenne du Vélib, vient le temps des interrogations sur la pertinence de la méthode employée pour obtenir ces vélos en libre service (bien sûr les questions étaient là dès le début pour moi, j'avais juste envie de faire un billet un peu plus léger, du style  "et si pour une fois j'essayais de simplement voir le positif?" D'ailleurs ,l'absence de réaction à mes remerciements à Decaux m'a surprise, et j'en ai déduit soit que j'endormais tout le monde avec mon blog, ou que personne n'osait me contredire, ou que personne ne me lisait tout court :p ) 

Mais je suis quand même particulièrement sensible aux craintes des associations anti-pub et environnementales vis à vis du contrat de la Mairie de Paris avec Decaux.

Je vous laisse lire leur communiqué de presse:

              
Communiqué de presse
               Jeudi 20 septembre 2007

Vélib et règlement local de publicité (RLP) à Paris :
            Un marché contre nature



Le projet de RLP, qui doit être adopté le 27 septembre par le groupe de travail sur la publicité, présente d’importants reculs liés à la signature sans concertation du contrat avec l’entreprise JCDecaux,  faisant dépendre le projet « Vélib » d’un surcroît de publicité. Les  associations dénoncent notamment le projet de généraliser le défilement des dispositifs et l’augmentation résultante du nombre de publicités (jusqu’à plus de 220%).

Le contre-exemple de Paris pourrait alors servir de vitrine publicitaire et de référence nationale et mondiale aux afficheurs, pour encore davantage de pression publicitaire et aux dépens de la société civile. Instrumentaliser un projet utile comme les vélos en libre-service est particulièrement grave pour la société et l’environnement.

Les associations demandent à Bertrand Delanoë et à la majorité municipale parisienne de renoncer à revoir ainsi à la baisse le projet de R.L.P. et à ouvrir des pourparlers avec l’afficheur JCDecaux pour qu’il renonce à un certain nombre des nouveaux dispositifs et procédés publicitaires prévus.

Nous demandons à la mairie de Paris, par décision officielle à prendre avant la réunion du 27 septembre :

- L’interdiction des panneaux défilants et lumineux ;
- Le respect de ses engagements de ramener le nombre d’obstacles urbains de 8 m² à 200 ;
- La séparation des marchés publicitaires et des vélos en libre-service.

Contact :
Laure Nicolas, Résistance à l’agression publicitaire au 01 43 28 39 21 et 06 64 81 39 22
M. Birrenbaum, Plate-forme des comités parisiens d’habitants et de participation à la vie de la Cité au 01 44 07 25 26

Associations signataires :

Résistance à l’agression publicitaire (R.A.P.), CLCV Paris,
Plate-forme des comités parisiens d’habitants et de participation à la vie de la Cité, Paysages de France, La vélorution, Action consommation, Agir pour l’environnement.


Voir article détaillé ci-dessous.
Une action sera organisée le mardi 25 septembre à 19 h. Voir appel à action ci-dessous.

               ----------------------------------------


      VÉLIB ET RLP DE PARIS : UN MARCHÉ CONTRE NATURE

Á Paris, le 20 septembre 2007. Après deux ans de silence, la Ville de Paris a décidé de mener à son terme la révision de son règlement local de publicité (RLP), qui avait débuté en 2003. Court-circuitant le groupe de travail prévu par la loi, certaines décisions ont été prises dans la plus grande opacité. Ainsi, la signature du contrat Vélib a nécessité une profonde modification de ce nouveau RLP, mettant les membres du groupe de travail et les citoyens devant le fait accompli.

Avant d’être un projet de transports non motorisés, Vélib est un marché publicitaire. La fourniture et l’entretien des vélos n’est pour le groupe JCDecaux qu’un alibi pour obtenir une position stratégique en matière d’affichage, et pour contrer la volonté de la population d’échapper au matraquage publicitaire. Ainsi, l’une des mesures les plus significatives du projet de RLP en matière de publicité sur mobilier urbain est-elle remise en cause par le contrat Vélib. Alors qu’en 2005, il était question de ramener le nombre de panneaux de grand format à 200 (chiffre encore considérable), les associations ont appris que le projet en prévoyait désormais 350 ! (1).

Ce genre de manque de transparence dans la passation des marchés de mobilier urbain, dénoncé aujourd’hui par les associations, a déjà fait l’objet de nombreuses critiques, notamment dans un rapport de la chambre régionale des comptes (2). Quant à la cour d’appel de Paris, elle avait considéré que JCDecaux poursuivait « délibérément le verrouillage du marché » avec ses pratiques d’une « gravité exceptionnelle. » (3) La signature du contrat Vélib avec la mairie de Paris risque de ne rien arranger à l’affaire, bien au contraire, et d’autres villes commettent la même erreur de lier leur marché de vélos en libre-service à un marché publicitaire (4).

La quasi-généralisation du défilement des publicités sur mobilier urbain – un autre effet secondaire du contrat Vélib – constitue un autre recul très important du RLP par rapport à la situation qui prévalait. La très légère diminution du nombre de mobilier urbain publicitaire (-20 %) précédemment annoncée par la mairie de Paris s’accompagne en réalité d’une véritable explosion du nombre de publicités (+220%), du fait du recours à des systèmes défilants. Systèmes défilants qui sont un summum en matière de dénaturation des paysages et de gêne visuelle pour les habitants Cette décision entre aussi en contradiction totale avec la nécessaire maîtrise de l’énergie : un panneau de ce type consomme en moyenne plus d'électricité qu'un ménage français pour ses usages domestiques.

Il aurait fallu envisager Vélib comme un service public à part entière : c’est ce qu’a fait par exemple la ville d’Orléans en choisissant de séparer les deux marchés. Elle ne se trouve ainsi pas pieds et poings liés au marché publicitaire. Tandis que Vélib fait dépendre le développement du vélo de la publicité, c’est-à-dire d’une incitation au gaspillage qui fait largement la promotion... de la voiture (5).

Même si la mise à disposition à grande échelle de vélos en libre-service est une bonne chose, les élus Verts de la capitale eux-mêmes reconnaissent que la gestion de ce service public par un publicitaire n’en est pas une (6). Ce choix comporte beaucoup de dangers et d’inconvénients cachés. Un des plus graves en l’occurrence à Paris est d’avoir nié le rôle des instances de concertation. JCDecaux fait sa loi en lieu et place des élus et de la population ; va-t-on le laisser faire ? Les associations demandent aux élus parisiens de renoncer au bradage de leurs paysages au profit de l’omniprésence de l’affichage publicitaire défilant.

.

1  Les raisons de la limitation de ces dispositifs avaient pourtant été exposées par la mairie en 2005 : « [...] ils posent davantage de problèmes en terme d’insertion paysagère et sont actuellement majoritairement disposés à la périphérie de la capitale, où l’effort de dédensification est le plus nécessaire. » Compte-rendu de la réunion n°5 du groupe de travail sur la révision du règlement de la publicité et des enseignes du lundi 5 novembre 2005 à l’hôtel de ville.

2  Rapport de la chambre régionale des comptes d’île de France sur la gestion de la publicité et du mobilier urbain de la ville de Paris, 2006.

3  Cour d’appel de Paris, 1ére chambre - section H, arrêt du 21 février 2006

4  Après Lyon, Villeurbanne, Marseille, Aix-en-Provence et Paris, Toulouse, Rouen est la huitième ville française à avoir confié au groupe français d'affichage et de mobilier urbain JCDecaux la mise en place de ses vélos en libre service.

5  Parmi les dix premiers annonceurs français figurent trois fabricants de voitures.

6  La bicyclette, nouvel enjeu politique. Le vélo en libre service doit s’intégrer à une offre cohérente de transports en commun et de circulations douces, Libération, 4 septembre 2007.

      ---------------------------------------------------------------------


A l’appel de Résistance à l’agression publicitaire, la Vélorution, Agir pour l’environnement, l’Eglise de la très sainte consommation...

         Rassemblement festif
         mardi 25 septembre 2007 à 19 heures


        Sur le terre-plein central au carrefour du bd de Belleville et de la rue Ménilmontant (20e)
        Métro : station Ménilmontant (ligne 2)



         Venez nombreux dénoncer le scandale de l'affichage publicitaire défilant  et lumineux

Le projet de règlement local de publicité, régissant la place de la publicité à Paris, doit être adopté le 27 septembre. Il présente d’importants reculs liés à la signature sans concertation du contrat "Vélib" entre la mairie de Paris et l’entreprise JCDecaux. En effet, ce contrat fait dépendre l’installation des vélib d’un surcroît de publicité. Les associations dénoncent notamment le projet de généraliser le défilement des panneaux et l’augmentation résultante du nombre de publicités.

               Parce que nous refusons :

- Le gaspillage énergétique : Un panneau de ce type consomme en moyenne plus d'électricité qu'un ménage français pour ses usages domestiques
- La pollution visuelle : Le défilement associé à l’éclairage crée une perturbation supplémentaire majeure dans la perception du paysage puisque de tels dispositifs ont tendance plus encore à focaliser l’attention.

- Le matraquage publicitaire : La diminution du nombre de panneaux publicitaires (-20 %) annoncée par la mairie de Paris s’accompagne en réalité d’une véritable explosion du nombre de publicités (+220%), du fait du recours à des systèmes défilants.

            Nous demandons à la mairie de Paris :

- L’interdiction des panneaux défilants et lumineux
- Le respect de ses engagements en ramenant le nombre d’obstacles urbains de 8 m² à 200
- La séparation des marchés publicitaires et des vélos en libre-service


Résistance à l'agression publicitaire (R.A.P.)- 53, rue Jean Moulin
94300 Vincennes - 01.43.28.39.21 - 06 64 81 39 22 (Laure Nicolas) - www.antipub.net
les ti_bug_fck
Repost 0
5 septembre 2007 3 05 /09 /septembre /2007 11:32
Ce que j'oubliais dans mon billet d'hier sur le Vélib' (sans doute un refoulement, on a tellement de raisons de s'indigner et de se révolter en ce moment que je suis obligée d'en oublier de même que je suis obligée de ne pas vous faire part ici de toutes mes révoltes parce que j'y passerais ma vie) c'est qu'à peine 5 minutes après avoir enfourché mon premier Vélib, j'assistais à ma première interpellation de cycliste. Un gars (pas un vélibiste, cette fois) avait brûlé un feu rouge devant moi. La première voiture à s'arrêter sur la piste cyclable et à m'obliger à un dépassement dangereux, c'était donc une voiture banalisée de la Police. Comme je n'étais pas trop sûre de moi, je me suis retrouvée coincée derrière eux, avec la vague trouille qu'ils me soupçonnent de vouloir m'interposer dans leur interpellation. C'est sur que l'effet dissuasif est imparable, je n'ai plus envie de prendre des sens interdits ou de brûler des feux rouges.
Mais bizarrement, je lis dans le Monde que les sanctions des comportements des cyclistes sont en augmentation depuis la mise en place de Vélib'. Est-ce pour prouver que sa mise en place a rendu les comportements dangereux plus fréquents? (on confond souvent le nombre d'interpellations avec le nombre d'infractions commises) Est-ce, en vue des municipales, un moyen de casser la dynamique du Vélib' ? (voir  Sarkofrance)
En tout cas, dans les consignes d'Alain Gardère, le directeur de la police de proximité, est également demandé la "répression des infractions commises par les autres usagers de la route" qui pourraient "entraîner un danger pour les cyclistes", dont ceux circulant sur les pistes cyclables." Que dire donc des flics qui m'ont barré la route? Pour une infraction qui n'entraînait pas de réel danger (feu pour laisser le pssages aux piétons sans aucun piéton en vue), je me suis retrouvée moi en situation beaucoup plus dangereuse grâce à leur interpellation.
[mode humour on]
J'ai une question bête: pourquoi ils ne font pas leurs interpellations à vélo??? Pft, encore un moyen de se valoriser, un truc du genre "mon engin il est plus gros que le tien, donc je suis puissant, et tu vas devoir m'obéir!" !
[mode humour off]


Pas d'indulgence pour les cyclistes
LE MONDE | 30.08.07
© Le Monde.fr
Repost 0
4 septembre 2007 2 04 /09 /septembre /2007 16:20
Je tiens quand même à remercier Decaux et la Mairie de Paris  (ça sera bien la première et j'espère la dernière fois de ma vie que je remercie un publicitaire) , qui m'ont permis de réessayer le vélo. 
J'ai jamais été trop forte sur ces bêtes-là. Au collège, ma copine Joëlle fonçait à toute berzingue dans le quartier, faisant fi des trottoirs, ralentisseurs, pots de yaourts et autres obstacles sur notre chemin. Et moi, fatiguée d'avoir l'air d'une froussarde infouttue de lâcher son guidon pour indiquer ses changements de direction, j'avais fini par décider qu'on se verrait chez elle ou chez moi, mais en tout cas bien au chaud (et à l'abri) avec un Trivial Pursuit Junior et une bouteille de sirop de grenadine.
J'ai quand même refait des efforts un peu plus tard pour une ballade en VTT dans le Jura. J'avais gagné un séjour au CPIE de Franche Comté (je croyais que c'était un Centre Permanent d'Initiation à l'Environnement, à ce que je me rappelais, mais je viens de lire ailleurs qu'il s'agissait d'initiatives pour l'environnement... changement de nom ou mémoire défaillante?), fallait bien suivre le groupe et au niveau paysages, ça valait le coup.

Mais depuis ma majorité environ, rien. J'ai bien pratiqué un peu le vélo de salon devant les images du tour de France, parce que c'est toujours rigolo et qu'il fallait rentabiliser le machin que ma mère s'était achetée pour ne jamais s'en servir (comme la plupart des choses qu'elle achète d'ailleurs, mais c'est une autre histoire...).
Il ne faut pas croire pour autant que je suis devenue une fan de voiture dès le passage de mon permis. J'ai bien récupéré une vieille voiture de mon grand oncle, passée entre temps entre les mains de ma mère et donc plus trop en grosse forme, mais elle m'a servi principalement à faire mes trajets pendant mes stages (et non, l'essence était pas remboursée non plus...) jusqu'à ce qu'elle rende l'âme pendant mon stage ingénieur, sous l'oeil amusé des gars à la terrasse du bistrot qui ont regardé mon moteur fumer et cracher d'un air goguenard (non, c'est pas le moteur qui avait un air goguenard, mais suivez un peu, bon sang!) . Quand j'y repense, je me dis que c'était ce qui pouvait arriver de mieux à ce veau polluant qui suçait du Super avec plomb sans modération et qui était aussi facile à manoeuvrer qu'un char d'assaut. (bon, je sais, vous allez me dire que si j'avais du mal avec mon vélo, c'est pas étonnant que j'aie eu du mal avec une R19 sans conduite assistée, mais CA N'A RIEN A VOIR! Et d'abord j'ai eu mon permis du premier coup, na!)

Brrrreeeef, ça faisait donc quelques temps qu'à force  de pester sur le règne de l'automobile, sur l'espace énorme que les voitures prennent sur la ville, j'avais beau utiliser uniquement mes pieds et les transports en commun, je me sentais comme une écolo en pleine imposture, puisque je n'avais même pas mon vélo pour parcourir Paris et "reconquérir l'espace urbain" comme ils disent... D'où un espèce de stress en voyant arriver les Vélib' ; "mince, je vais plus pouvoir dire que c'est parce que j'ai pas de vélo"... Je suis restée à tourner autour du pot un moment, à écouter les témoignages de "ceux qui avaient essayé" (c'était quand même l'évènement de l'été à Paris, en dehors de l'actualité politique déprimante et de la météo tout aussi déprimante) et j'ai quand même fini par en essayer un. J'ai choisi une borne bien planquée dans une rue pas trop fréquentée, à une heure creuse, j'ai fait trois fois le tour de la borne (pourtant, je savais comment ça marchait, c'est mon truc de tout savoir en théorie avant d'oser passer à la pratique) et j'en ai pris un, juste pour voir. J'ai fait trois tours de pédales avant de me rendre compte que j'avais les genoux sous le menton et que je pourrais pas continuer comme ça;  j'ai failli le reposer parce que je savais pas comment remonter la selle et que le gars, dans le camion, là, c'était sûr qu'il se fouttait de ma tête,je me suis fait mal aux doigts, j'ai quand même réussi (pas assez) , et je suis partie, zigzaguant un peu, la peur au ventre et la honte aux joues, en essayant de rester le plus possible loin des voitures (le mois d'août m'a bien aidée là dessus). Quelques rues plus loin, j'étais quelqu'un d'autre: j'avais vaincu!!! La peur, la ville, les voitures, les feux rouges, le monde entier! Une reine du Vélib était née!!

Depuis j'ai des vraies traversées de Paris à mon actif, taxis hargneux et curieux qui posent des questions compris. "Alors, ça marche bien?",  "C'est cher?",  "Oh, il est beau votre vélo", etc, etc. J'ai même aidé une dame à en prendre un, connu mes premières galères (pédale manquante, borne qui refuse de fonctionner, station pleine).

Ouf, je suis une vraie écolo maintenant!! :-D

Repost 0
30 août 2007 4 30 /08 /août /2007 11:29
Je me suis plongée dans la lecture d'un livre de Jean-Paul Carrière "Fragilité"

J'avais été séduite par la présentation de ce livre,  moi qui me suis sentie si fragile face à la supposée force de ceux qui m'entouraient; ceux qui réussissaient, qui ne connaissaient pas (ou faisaient mine de ne pas connaître) le doute ou le désespoir. 

A l'arrière du livre on peut lire cet extrait:

"Nous devons préserver notre fragilité comme nous devons sauver l'inutile. L'inutile, parce qu'il nous sauve du simple calcul  productif, maître du monde. Il nous permet de nous en évader, il est notre issue de secours. La fragilité, parce qu'elle nous rapproche les uns des autres, alors que la force nous éloigne".


La dernière partie de cette citation surtout m'avait touchée. Je me demande parfois si je n'ai pas fait, ces derniers temps, un peu exprès  d'échouer, de ne pas trouver le moyen d'être indépendante. C'est que ma fragilité m'avait fait connaître ce qu'il y a de vraiment humain chez les autres,  on  ne peut se faire aider et par là connaître la  générosité (pas seulement matérielle, mais spirituelle) des autres qu'en n'étant mal en point, fragile. L'autosuffisance (j'ai souvent tendance à confondre indépendance et autosuffisance, comme on parle de l'indépendance énergétique de la France) ne permet pas aux autres de nous donner quelque chose: on n'a besoin de rien, et on paraît si fort; "besoin de personne", comme dit la chanson.

J'ai connu ce "besoin de personne" et je me suis sentie très seule. Et j'ai connu aussi le besoin d'être aidée, et je me suis sentie très entourée. Il reste à trouver le juste milieu, celui où personne ne ment et où on est conscients qu'on a besoin les uns des autres, et que ça ne fait pas de l'un le faible et de l'autre le fort. Pas facile à trouver...
C'est ce que Jean Claude Carrière essaye de trouver dans son essai sur la fragilité.

Comme d'habitude, mon introduction a pris plus de place que prévu, je voulais au départ vous faire part de cette étrange comparaison qu'il fait entre les attentats suicides et le sort que nous réservons à notre planète. Elle peut paraître extrême sortie de son contexte, mais il est vrai que notre comportement actuel est étrange; nous savons que nous consommons trop de ressources, que les gazs que nous émettons peuvent tuer énormément de personnes à long terme, que l'équilibre de l'écosystème qui nous a permis de naître à cette planète est tellement perturbé par nos agissements que nous entraînons des espèces entières à la disparition,  et nous sommes incapables de changer de comportement, ou même d'imaginer en changer  (je pense à ces élus locaux qui continuent à dire qu'il est impensable de ne pas construire plus de routes; à ceux qui tiennent absolument à construire encore une autre ceinture  bétonnée autour de la capitale, coûte que coûte, l'économie en a besoin, et le développement économique n'admet pas d'obstacles; mais aussi aux compagnies du voyage compulsif qui affirment le droit à partir à l'autre bout du monde en avion, pour tous, au prix le plus bas, alors qu'on sait que l'atmosphère paye le prix fort.) 

Après s'être penché longuement sur ce qui peut pousser un être humain à se donner la mort en entraînant la vie de centaines d'autres dans un attentat suicide, pour l'obéissance à une loi qu'aucun dieu n'a jamais prononcée, et pour la gloire d'un dieu dont on ignore l'existence, Jean-Claude Carrière en revient à nos agissements quotidiens.
"Et si cette notion de fragilité s'appliquait aussi aux sociétés? Aux traditions religieuses, à toutes les institutions, à tous les organismes, à tous les réseaux que nous avons mis en place pour nous convaincre, nous, les éphémères, que nous sommes solides,[...] construits pour longtemps, pour toujours peut-être? [...] Si une anxiété secrète conduisait certains peuples, ou de larges fragments de certains peuples, à une explosion de témérité brutale, à un barroud d'honneur? [...]
On nous dit parfois qu'il y  a là quelque chose d'animal, un instinct qu'on appelait jadis grégaire, un comportement de bêtes sociales. On nous parle des suicides collectifs de lemmings [...]. Ce comportement animal, s'il est avéré, n'est qu'une partie de leur vie. Serait-il une partie de la nôtre?"

"Ce besoin de salir la planète, de l'empuantir, d'en pourrir l'eau, le sol et l'air jusqu'à la rendre véritablement invivable un jour prochain, serait-il le besoin suprême qui se situerait au-delà même des folies nationalistes, religieuses, idéologiques? La revanche des faibles? La nécessité de détruire ce qui est plus solide que nous, un besoin irresistible, poussé à l'extrême, jusqu'à notre anéantissement sans appel -de quoi le reste de l'Univers, d'ailleurs, se moque éperdument? [...] Il s'en moque pour la bonne raison que si notre planète se suicidait, se faisait exploser au milieu des espaces [...] les autres personnages de notre ciel poursuivraient paisiblement leur danse. [...]
Ce sentiment, non seulement de fragilité mais d'insignifiance radicale, de non-importance, finalement de non-existence, est peut-être à la base de cette pulsion de mort dont nous avons tant parlé sans parvenir à la réduire. Car notre démarche est la même, que nous le voulions ou non, que celle des terroristes que nous accablons. Mettre en marche un climatiseur dans sa voiture, c'est commettre un attentat suicide. Dans le cas du kamikaze, il se tue pour tuer les autres et il le sait. Dans le cas du climatiseur, nous aggravons l'état de l'atmosphère, nous portons dommage aux autres mais aussi à nous-mêmes, à nos amis, à nos enfants. Je n'échappe pas à ce péril de mort que je transmets. Dans le premier cas nous cherchons la mort au nom d'une haine qui s'accroche à un dieu fantôme. Dans le second cas, nous appuyons sur le bouton du tableau de bord au nom d'un dieu réel, qui s'appelle confort, auquel nous sacrifions nos existences sans avoir admis sa divinité.
Cependant, à bien y regarder, les deux démarches sont similaires. Nous commençons par nous inventer un besoin (d'une loi, d'une consolation, d'un peu d'air frais) et nous finissons par en faire un dieu. Hors de question de nous en passer désormais. Et dans les deux cas les grands prêtres, les profiteurs, les sacrificateurs n'échappent pas aux méfaits qu'ils répandent. Tous dans la même poubelle où s'entassent nos déceptions modernes. Les grands prêtres seront privés de paradis et les industriels de santé. "
C'est sans doute l'excès de cette comparaison qui m'a donné envie de la relever. Mais j'ai beau la trouver excessive, je ne peux m'empêcher de la trouver juste. La différence est dans la relative lenteur de notre attentat suicide. On ne détruit pas la planète en un éclair comme lors d'un attentat suicide , même si on sait que c'est possible, si la folie s'emparaît des chefs des nations qui se sont jugées assez responsables pour avoir le droit de détenir des armes nucléaires sans représenter un réel danger de destruction... pour combien de temps resteront-ils responsables? On préfère ne pas y penser. Notre suicide collectif se fait à  petit feu, en faisant mine d'oublier que notre survie en tant qu'espèce dépend de  la préservation de la planète qui nous accueille. La différence tient aussi dans le fait que nous espérons mourir plus tard que les victimes de notre attentat suicide, les peuples qui n'ont pas eu accès à notre "développement" et qui souffrent les premiers de la désertification, de la montée des eaux, des pollutions.
Repost 0
3 août 2007 5 03 /08 /août /2007 18:20
 

Et cette fois c'est Bouyques Immobilier qui cherche son chargé de communication développement durable.

Bouygues Immobilier s'engage pour le développement durable.

Au sein de notre service communication interne, vous aurez pour mission de coordonner des actions et de rédiger des textes sur le thèmes de "gestes citoyens" en liaison avec le groupe de travail dédié.

Vous aurez également pour mission de coordonner et rédiger des textes pour la mise à jour, sur le site Internet Corporate, des actions menées.

Enfin, vous participerez à la rédaction d'une charte Bouygues Immobilier sur le sujet et serez également amené(e) à rélaiser des études de faisabilité et rédiger des mémos.

Dynamique et doté(e) d'un bon relationnel, vous êtes sensible à la problématique Développement Durable et recherchez un stage en communication commençant dès la rentrée 2007.


contrat: stage
indemnisation: non communiqué
formation: école de commerce
date: rentrée 2007
durée: 6 mois
lieu: Boulogne Billancourt


Vous remarquerez qu'ils cherchent quelqu'un en communication, que la plupart des taches demandées sont de la rédaction, et qu'on demande un stagiaire d'école de commerce. Mais pourquoi donc?? Parce que ce sont les écoles de commerce qui ont inventé le génial concept de l'"année de césure" : vantée au début comme moyen de financer ses études en travaillant un an entre la deuxième et la troisième année d'école, elle s'est à présent transformée en année complète de stage (qu'on peut à souhait partager en deux stage de six mois, mais les entreprises préfèrent bien sûr l'année complète). Si  l'école est prestigieuse , on s'en sort à bon compte en proposant une "très bonne indemnisation de stage" entre 1000 et 1300 euros  et on a un chargé de com pendant un an, qui aura le temps de suivre les dossiers de se  familiariser avec la culture de l'entreprise, bref un vrai petit salarié, les droits en moins. Et le pire c'est que la plupart seront contents de cette expérience significative à mettre sur leur CV.

Enfin, bon, je m'égare. Et là pour ce qui est de la gratification, c'est "non communiqué"; traduction "on prendra l'étudiant-e la/le plus compétent-e et qui acceptera de le faire gratos".

C'était juste pour dire que chez Bouyques Immobilier, la Charte Développement Durable sera rédigée par un stagiaire, et je suis sûr qu'il écrira que Bouygues Immobilier s'engage à respecter le droit du travail et les règles de l'OIT (Organisation Internationale du Travail). Aaaah mais non, je suis bête, ils interviennent qu'en France! On ne parle de l'OIT que quand on intervient dans des pays lointains, en France ça va de soi qu'on respecte les règles de l'OIT!! M'enfin! D'ailleurs la liberté syndicale est bien connue chez les stagiaires:  on adhère au syndicat qu'on veut, on peut se présenter pour devenir délégué du personnel, auquel cas on a un statut protégé, etc... Comment ça on peut pas?? Ah? La non discrimination et l'égalité de traitement aussi, ça fait partie des droits bien connus des stagiaires. C'est vrai qu'il y a des stagiaires qui se sentent tout de suite également traité! Bien sûr, ils ont pas la visite médicale en arrivant, ils ont pas les avantages du CE, des fois ils payent plus cher à la cafet parce que -c'est ballot- ils sont  considérés comme visiteurs extérieurs, mais sinon ils sont également traités, y pas de doute. Ils sont comme des vrais salariés, des vrais de vrais, ils ont des réunions avec le chef  de service pour voir l'avancement des travaux, tout ça... Ils sont un peu dégoûtés quand ils voient partir les salariés en congés payés alors qu'ils restent à garder la boutique pour trois fois, quatre fois, voire infiniment de fois moins (oui, 1 divisé par zéro c'est l'infini). J'en vois déjà qui vont me dire que je fais dans la lamentation, désolée encore. En même temps j'aurais pas fait ce poste si c'était pas la n-ième offre de stage pour Bouygues (toutes les filiales, toutes les régions)  que je reçois, et ce depuis.... trois ans quand même!!

stagiaire chargé du développement durable
Réf. : BYCN/AVOK/CG/0707
Société : Bouygues Construction SA
Zone géographique : France / Ile-de-France
Niveau d'études : BAC +4/5
Date de diffusion : 10/07/2007
if ('Stage'!='VIE'){ document.write("Zone géographique : France / Ile-de-France
"); }

Mission: Il s’agit d’un poste de stagiaire, chargé du développement durable et rattaché au Directeur du développement durable de Bouygues Construction.

 

 

 

Dans le cadre de la mise en place de la Direction du développement durable de Bouygues Construction (créée en février 2007), le stagiaire sera chargé d’assister le Directeur du développement durable dans les missions suivantes : 

Mise en place des indicateurs de suivi de la démarche et du système de reporting. Contribution aux réflexions transverses animées par la Direction du développement durable. Il s’agira de préparer des dossiers apportant matière à la réflexion des  groupes de travail mis en place et de participer à certains d’entre eux. Cette mission recouvrira les différents volets du développement durable, avec une attention particulière au thème environnemental.

 

Profil :
Connaissances et compétences techniques :
Bonne connaissance des enjeux et contraintes sur les principales thématiques du développement durable    Maîtrise rédactionnelle Maîtrise des outils informatiques (Word, Excel, ppt) Anglais courant

 

Compétences personnelles :
Aisance relationnelle Goût pour le travail en équipe Curiosité et ouverture

 

Master Environnement ou développement durable d’écoles d’ingénieurs ou de commerce (HEC, Ceram Sophia Antipolis, ISC Paris, Sup de Co La Rochelle,…)

 On parie qu'on la retrouve dans six mois celle là?

Repost 0
31 juillet 2007 2 31 /07 /juillet /2007 21:33
Juste un mot pour ceux qui s'intéressent à la question des stages mais qui ne sont pas  pour autant dans la liste de diffusion de Génération Précaire.: il y a une nouvelle lettre à lire sur le site:
www.generation-precaire.org/Ete-frisquet-chaude-rentree-GP



Etant donné que c'est principalement lors du stage de fin d'études ou du stage post-études (qui devrait commencer à être moins courant si on se met à respecter la loi qui a enfin vu le jour) qu'on se fait le plus ouvertement exploiter, les participants de Génération Précaire étaient plutôt des étudiants en passe de finir leurs études, voire des chercheurs de premier emploi écoeurés de ne trouver que des offres de stages de fin d'études.
Ca ne les empêche pas de continuer à se battre, mais il est important que des étudiants reprennent le flambeau, ne serait-ce que pour apporter leurs connaissances de la situation actuelle des stages obligatoires dans le cursus.

Et juste pour méditer, encore une jolie offre de stage que j'ai eu le bonheur de trouver dans ma boîte mail, celle qui m'envoie les offres d'emploi en rapport avec le développement durable, offres qui sont dans 90% des cas des stages.




Intitulé :
Coordinateur développement durable / responsabilité sociale de l’entreprise (f/h) h/f
Réf : SD001
Entreprise : bic
Un des leaders mondiaux des articles de papeterie, des briquets et des rasoirs, BIC fabrique depuis plus de 50 ans des produits de grande qualité accessibles à tous, partout dans le monde. Cette vocation a permis au Groupe d’être aujourd’hui l’une des marques les plus reconnues à travers le monde. BIC commercialise ses produits dans plus de 160 pays et a réalisé en 2006 un chiffre d’affaires de 1 448 millions d’euros selon les normes IFRS.
Descriptif :
Principales Missions : Sous la responsabilité du responsable de la communication interne, le stagiaire aura pour mission

Dans le cadre du pilier social du développent durable, développer et communiquer le projet « Ressources Humaines BIC – Développer la Responsabilité Sociale de l’Entreprise » :
• Communiquer, développer et étendre à l’international les actions menées par les salariés, Ex : Gestes Verts au Travail, recueil des meilleurs pratiques, trophées, e-learning, (créer un « Green Network)
• Développer et communiquer sur le programme caritatif de BIC.
• Créer une identité graphique (logo, slogan etc) et les outils de communication du projet: lettre d’information, évènements, communauté Intranet, présentations, flyers, boîte à idées, etc.
• Réaliser des benchmarks externes des actions de BIC,
• Assurer le suivi des actions menées par BIC.

Indicateurs de réussite :

• Fixation d’objectifs, échéances mensuelles,
• Enquête d’opinion en fin de stage.

Profil recherché :

• BAC +4/5 en école de commerce, de communication, ou de science politique,
• Un gout prononcé pour le développent durable,
• Une expérience préalable en communication dans une société internationale,
• Anglais courant,
• Compétences en informatique et en particulier des outils de communication : powerpoint, publisher, photoshop, flash, Internet etc.,
• Bonnes compétences en expression écrite et orale,
• Proactif, autonome, Rigoureux,
• Très bonne gestion du temps et des priorités,
• Gestion de projets.
Contrat : Stage
Rémunération annuelle brute : Oui
Formation : Ecoles d'ingénieurs
Ecoles de commerce
Universités Eco./Gestion
Date : 1/9/2007
Durée : 4 mois
Lieu : Clichy


Pas mal, le niveau d'exigence pour un stage de 4 mois!
Repost 0

Articles Récents