Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Soutien

Recherche

Comme une machine qui consommerait un maximum de pétrole uniquement pour entretenir sa surchauffe, l'intello du dessous consomme un maximum de facultés intellectuelles pour entretenir sa capacité à surmener son cerveau... en pure perte. Un pur produit de la société de surinformation dans laquelle on patauge...

Aujourd'hui j'ai décidé que tout ça allait sortir, et que je ferais connaître à  d'autres cerveaux surmenés et improductifs le chaos de mes pensées. Ca me fend un peu le coeur d'ajouter au flot d'informations inutiles qui circulent sur le net, mais il paraît qu'un être humain doit s'exprimer pour vivre, il paraît qu'il faut partager ses pensées pour qu'elles ne restent pas vaines. Alors bien sûr, cette décision tiendra jusqu'à ce que la somme d'informations que j'ingurgite chaque jour ne submerge la ressource mémoire où est née l'idée de ce blog, mais ne désespérons pas. Peut-être que le Bouddha qui veilla sur mon berceau me donnera la faculté d'entretenir mon jardin...

 

Archives

28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 06:56

Je rêve d'une société où tout le monde aurait le droit de vivre. Par le simple fait de faire partie de la société. Une société où on ne se demanderait pas si tu mérites d'avoir un toit ou si tu mérites d'avoir de quoi manger. Une société où le simple fait d'être un être humain donnerait droit à des conditiions de vie dignes. 

Je sais que tous ces droits sont inscrits dans la déclaration universelle des Droits de l'Homme (droits humains, j'aimerais bien), mais aussi dans la constitution française, plus ou moins. Mais je sais aussi que le droit au logement, juste pour prendre un exemple, c'est loin d'être gagné. Surtout quand on en a déjà un, ce qui est souvent le cas des jeunes: "retourne chez tes parents , au lieu de traîner dans la rue ou dans des squats!".J'ai déjà essayé d'expliquer à une conseillère en insertion que pour être capable de trouver un travail, il fallait d'abord m'éloigner d'une mère toxique pour que je me reconstruise une identité. "Vous savez bien que sans CDI on ne trouve pas de logement!". Elle n'avait pas tort bien sûr. Je n'ose pas imaginer la situation d'une femme battue.

Alors quand je me mets à rêver d'une société idéale, je rêve d'un revenu universel. D'un droit inaliénable à avoir de quoi vivre, qu'on soit malade, bien portant, beau, laid, jeune, vieux, fort, faible, petit, grand, valide ou non, sain d'esprit ou non. 

Et comment ferait-on marcher la société si personne n'avait besoin de travailler? En payant en plus les travaux réellement utiles. Les riches seraient les éboueurs, les ouvriers du bâtiment, les agriculteurs, les enseignants, les infirmiers, les travailleurs sociaux,

les policiers. Un peu le  contraire de ce qui se passe actuellement, en somme. 

Aujourd'hui, pour gagner de l'argent, il faut travailler pour les gens qui ont de l'argent. Mieux vaut être conseiller en patrimoine qu'assistant social. Mieux vaut faire des formations en management pour les cadres supérieurs que d'être instituteur de maternelle. Mieux vaut vendre des montres de luxe que des légumes. Et comme ça, toute la société se dirige vers de activités inutiles au plus grand nombre plutôt que vers ce qui est utile aux plus fragiles. 

Et je crève de l'inutilité de ma vie de travailleuse autant que d'être jugée à l'aune de ce que je gagne. 

Pourquoi mon père à la retraite a le droit de se rendre réellement utile en faisant du soutien scolaire à des enfants défavorisés pendant que je m'esquinte à faire des applications informatiques inutiles pour des banques qui n'acceptent que les plus nantis et qui ne savent pas investir leur argent autrement qu'en changeant une n-ième fois leur système d'information? Et même dans la conception de ce système d'informations, ce qui prime au quotidien c'est une guerre de moyen au détriment de la qualité du truc. Ils ont fait la bêtise de valider des spécifications qui ne répondaient pas à leur besoin? On leur fait ce qui est marqué dans les spécifications. On leur fera payer les modifications quand ils se rendront compte que ça ne répond pas à leur besoin. Plus tard. Quand ça sera encore plus difficile à changer. Quand ça demandera des heures de travail absurde à des développeurs qui se rendent bien compte qu'on aurait du le faire bien plus tôt. L'argent organise l'absurde.

Dans ma société idéale, la volonté de donner à tous une vie qui ait du sens serait ce qui guiderait les investissements, et on n'essaierait pas de faire croire aux gens que c'est d'aller vers les activités  qui brassent de l'argent qui a du sens. 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

TheMeat 14/11/2014 00:06

Le Bhoutan semble être pour vous une terre promise.
Ce pays est le seul a exploiter la notion de Bonheur Intérieur Brut, le gouvernement prend toujours en compte dans ses décisions l'impact qu'elles auront sur le bonheur du peuple.

Vick 03/01/2014 23:08

J'admire le fait que certaine personnes continuent d'imaginer des sociétés idéales, il ne faut pas se laisser démotiver par les personnes qui disent que c'est inutile et que ce n'est qu'un rêve ; notre société est le produit du rêve d'individus, la civilisation n'existe que dans un perpétuel perfectionnement.

Bref, pour en revenir à ta proposition, une société ne peut exister que si elle ni pas la nature humaine elle même, et je suis désolé de te dire que les humains n'ont pas envie de s'entre aider, au contraire ils ne veulent que se détruire et s'humilier. Ceci dit, même si on ne peut pas miser sur la bonté humaine, la civilisation peut pas divers moyens l'encourager et limiter les vices de l'humanité. Ensuite, il ne faut pas confondre, le travail et le capital dans une société. Il y a des gens qui sont riches parce qu'ils possèdent des parts dans des entreprises et qui ne travaillent pas, mais il y en a aussi qui le sont parce qu'ils ont les emplois à responsabilité et qui nécessite des études. Bref, un PDG mérite d'avoir un salaire bien plus important qu'un éboueur.

nicolas pp 07/06/2010 21:59



C'est marrant comme l'idée qu'aucune alternative a notre belle société n'est possible, et surtout pas en mettant l'humain au centre de la société. Ouh ça non, boudiou ça frise l'anarchie,
impossible pour l'être humain d'évoluer en société sans se marcher sur la tronche les uns les autres ?


Bof... D'ici quelques centaines d'années quand on aura fini cette adolescence abrutie, on rigolera bien de ces ancêtres. Enfin au moins autant qu'on peut le faire des millions de gens qui ont
vécu sous divers régimes de royautés ces quelques derniers millénaires. Je suis sur qu'a cette époque, il devait se trouver pas mal de monde pour rire au nez des lumières et dire "On y va
probablement, à la catastrophe, je suis bien d'accord. Tout ce que je dis, c'est qu'on ne l'évitera pas avec ce genre de rêves. Ou disons qu'on en créera une autre peut-être pire."


C'est très con mais globalement on avance dans le bon sens (vers l'utopie tant décriée) sur le très long terme, un peu domage qu'il faille des générations pour avancer à chaque fois.



mariejeannejourdan 31/05/2010 22:44



A vou s de me dire si la solution concrète que je propose dans l'article joint ci dessous va dans le sens de votre idéal. Je vous engage également à intervenir dans l'article bâtir un monde
viable ce n'est pas se préoccuper uniquement du réchauffement...


http://0z.fr/zmVSg sur le médit et la crise en Grèce.(désolé la fonction lien ne marche pas) du site www.ecolobabisme.com



Alex 28/05/2010 14:12



On y va probablement, à la catastrophe, je suis bien d'accord. Tout ce que je dis, c'est qu'on ne l'évitera pas avec ce genre de rêves. Ou disons qu'on en créera une autre peut-être pire.



Articles Récents