Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Soutien

Recherche

Comme une machine qui consommerait un maximum de pétrole uniquement pour entretenir sa surchauffe, l'intello du dessous consomme un maximum de facultés intellectuelles pour entretenir sa capacité à surmener son cerveau... en pure perte. Un pur produit de la société de surinformation dans laquelle on patauge...

Aujourd'hui j'ai décidé que tout ça allait sortir, et que je ferais connaître à  d'autres cerveaux surmenés et improductifs le chaos de mes pensées. Ca me fend un peu le coeur d'ajouter au flot d'informations inutiles qui circulent sur le net, mais il paraît qu'un être humain doit s'exprimer pour vivre, il paraît qu'il faut partager ses pensées pour qu'elles ne restent pas vaines. Alors bien sûr, cette décision tiendra jusqu'à ce que la somme d'informations que j'ingurgite chaque jour ne submerge la ressource mémoire où est née l'idée de ce blog, mais ne désespérons pas. Peut-être que le Bouddha qui veilla sur mon berceau me donnera la faculté d'entretenir mon jardin...

 

Archives

3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 15:49
Aujourd'hui, mon bien aimé superviseur dans ma boîte  (career counselor, qu'ils disent) m'a dit qu'il s'étonnait presque que je n'aie pas encore pété un plomb à force qu'on me cantonne à des rôles de développeur . Mais je n'arrête pas de péter des plombs !! Je l'appelle pas à chaque fois , heureusement pour lui!
Mais quand on a eu l'expérience du vrai chômage, qu'on a vécu toute une campagne présidentielle à s'entendre dire que c'est le travail qui donne sa dignité à l'être humain , qu'on a passé des matins et des matins à se réveiller en se disant "je suis une merde, je sers à rien" simplement parce qu'on n'avait pas d'activité salariée, ben être employé à faire des trucs qu'on sait pas faire avec des petits gars de 21 - 23 ans qui sortent de l'IUT, c'est un moindre mal !
Et puis il y a toujours cette idée que c'est de ma faute, j'ai qu'à être plus sûre de moi, chercher mieux, blabla...
Mon superviseur, au moins, il a pas ce discours là. Il me reproche pas de pas être assez grande gueule, il dit juste "mais bon dieu, c'est pas compliqué d'utiliser des développeurs pour faire du développement et d'utiliser des ingénieurs pour faire de la conception". Ca fait déjà du bien. Même si ça résoud pas le problème de fond.

Pendant ce temps, y a des jeunes diplomés qui me contactent pour développer leur réseau, pour être chargés de mission dans le "développement responsable" (développement durable c'est déjà passé de mode?). Moi , je dis "oh ben pas de souci pour partager les réseaux" , et puis j'étouffe le "tu trouveras sans doute un paquet de stages" qui manque de sortir après. Elle va quand même pas plomber le moral de tout le monde, la loseuse, là, nan mais!

Dans ma SSII (société de services en ingénierie informatique), c'est comme dans  la société française mais en moins précaire. On a tous un boulot (officiellement) mais on n'a pas forcément quelque chose à faire. Alors ça se partage aussi entre ceux qui ont du travail et ceux qui n'en ont pas. Ces derniers font parfois des projets internes (plus ou moins mal coachés par des chefs de projet en dispo ou des ingénieurs qui s'en foutent un peu puisqu'ils préfèreraient eux-mêmes faire un "vrai" boulot), ou alors des trucs encore moins valorisés, comme lire les CV des autres et rappeler à l'ordre ceux qui ne mettent pas leur CV à jour selon le standard de l'entreprise.
On a beau savoir que c'est la dèche sur les projets, il faut maintenir tout ce petit vivier de main d'oeuvre , faut que ça soit du prêt à livrer si un projet se débloque. Et même ceux qui sont occupés, ils peuvent servir à appâter le chaland (regardez les belles compétences!!) donc il faut aussi que leur "fiche signalétique" (le terme est de moi) soit à jour.

Hier, j'entendais dire qu'à la 4e relance de l'équipe CV, un gars avait eu envie de répondre "oh mais lâchez-moi, je suis pas en dispo, MOI, j'ai un travail, MOI" . Même structure, même réflexe, mêmes suspicions de paresse ou d'incompétence que dans la société française vis à vis des chômeurs. Et mêmes problèmes face au travail: ceux qui bossent bossent trop et sont au bord de l'implosion, ceux qui ne bossent pas se sentent marginalisés  et méprisés.
Moi-même je me suis surprise à me dire que ceux qui sont en dispo sont surement les moins bons ou les plus rebelles, bref des gens qui font pas d'effort, mais il suffit d'un peu de bonne foi pour voir que non, tous ces gens sont extrêmements valables, consciencieux, sérieux, et que dès qu'on leur en donne l'occasion (le récit de leurs anciens placements en projet le montrent) ils s'investissent et font vraiment de leur mieux. (et on peut pas dire ça de tout le monde)
Pichenette mentale, madame l'intello du dessous, tu te retrouves à avoir les mêmes préjugés stupides que ceux que  tu dénonçais dans les discours de la "France qui se lève tôt"  .
Il y aussi le même contrôle des "chômeurs" ; là où il y a encore un an il suffisait de venir une fois par semaine pour dire "ok, je suis dispo, prévenez moi si vous avez une mission", il faut maintenant venir signer tous les jours entre 9h30 et 10h. Juste pour être sûr qu'on s'envole pas quoi. Juste pour qu'on se rappelle bien qu'on est lié à une boîte même si on n'a pas d'utilité pour elle. Un peu comme les chômeurs qui doivent faire la queue à l'ANPE juste pour qu'on leur dise qu'il n'y a rien dans leur branche.

Et pendant ce temps, dans la génération du dessus, y en a qui ont la santé en vrac et qui continuent  à se demander si on va un jour arrêter de reculer la date de la retraite chaque fois qu'ils s'approchent de la ligne fatidique...


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents