Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Soutien

Recherche

Comme une machine qui consommerait un maximum de pétrole uniquement pour entretenir sa surchauffe, l'intello du dessous consomme un maximum de facultés intellectuelles pour entretenir sa capacité à surmener son cerveau... en pure perte. Un pur produit de la société de surinformation dans laquelle on patauge...

Aujourd'hui j'ai décidé que tout ça allait sortir, et que je ferais connaître à  d'autres cerveaux surmenés et improductifs le chaos de mes pensées. Ca me fend un peu le coeur d'ajouter au flot d'informations inutiles qui circulent sur le net, mais il paraît qu'un être humain doit s'exprimer pour vivre, il paraît qu'il faut partager ses pensées pour qu'elles ne restent pas vaines. Alors bien sûr, cette décision tiendra jusqu'à ce que la somme d'informations que j'ingurgite chaque jour ne submerge la ressource mémoire où est née l'idée de ce blog, mais ne désespérons pas. Peut-être que le Bouddha qui veilla sur mon berceau me donnera la faculté d'entretenir mon jardin...

 

Archives

10 mars 2006 5 10 /03 /mars /2006 11:18
Si je vous dis le fond de ma pensée, pour moi il faut supprimer les stages. Et il faut que les formations arrêtent de mettre des stages obligatoires dans leurs cursus.
Pour moi le stage est une discrimination vis à vis de tous les jeunes, diplomés ou pas. Tant qu'on n'a pas "tant d'années" d'expérience, on nous considère comme incapables. Nous ne sommes pas plus incapables en sortant d'une formation théorique sur le thème dans lequel on fait son stage qu'un gars muté en mobilité interne à un poste qu'il ne connaît quasiment pas et pour lequel il a eu une formation de 3 jours. Ca arrive dans toutes les boîtes et on lui sucre pas son salaire pour autant.
(absolument aucune allusion à mon dernier maître de stage, que j'aime beaucoup, et qui était tout à fait d'accord pour dire qu'on l'avait parachuté à son poste sans qu'il se sente vraiment capable de bien l'assumer, d'où le recours à un stagiaire...)

Cette histoire de stage ça a fait un mal fou à tous les jeunes, parce que c'est considérer d'emblée qu'un jeune sorti d'une formation théorique n'est pas aussi valable qu'un salarié et qu'il ne mérite pas d'être traité comme salarié même s'il passe 100% de son temps de travail dans l'entreprise.

On n'est pas des "bébés travailleurs"  (comme disait Louis Chauvel lors des ateliers que Génération Précaire a organisé au Théâtre de Verre en février) dont il faut s'occuper 24/24. Lors du stage de 3eme, oui, bien sûr, mais après... Et d'ailleurs je n'ai jamais eu de stage où on s'occupait de moi en permanence. Soit on me donnait une tâche à faire et on me voyait une fois tous les 36 du mois, soit je faisais les mêmes tâches que mon maître de stage (ça c'est pour les
mieux encadrés) mais dans tous les cas rien de plus que ce qu'on est bien obligé de faire avec un jeune embauché. Des gars embauchés et pas autonomes pour un sou j'en ai vu aussi! C'est honteux de voir dans une même entreprise , d'un côté des salariés qui font rien tant que leur chef est pas sur  leur dos et passent leur temps à râler à la machine à café (ATTENTION! je parle
de "certains" salariés, j'ai pas dit que tous les salariés étaient comme ça), et de l'autre des stagiaires qui bossent de manière autonome, rendent des dossiers complets, remplacent leur maître de stage en réunions, voire améliorent l'organisation du service où ils sont, tout ça en n'ayant aucun des droits du salarié et quasiment rien de salaire.
On se dit que la seule différence, c'est l'âge, en fait. Coupable d'être jeune et de ne pas être rentré dans la boîte y a 20 ans.
Alors je sais que le rêve de certains patrons c'est de pouvoir virer le salarié pas autonome et râleur et de n'avoir que des stagiaires bosseurs et pas chers. La plupart des élèves de mon ancienne école me diraient que c'est le salarié pas productif qui n'a rien à fouttre là, mais que le stagiaire n'est pas un problème; il faut dire aussi que la plupart des élèves de mon ancienne école se projetaient en futurs patrons, et ne s'imaginaient sûrement pas à la place du salarié qui doit être productif ou dégager. Ou sinon, ils vivaient dans le mythe du "je serai toujours le meilleur, je suis une bête, je n'aurai jamais de période difficile dans ma vie, je suis indestructible".
Mais moi je trouve que le stagiaire aussi c'est un problème. Parce que plus il y  a de stagiaires, plus on prouve que finalement on peut bosser avec des conditions de merde et même bien bosser, alors à quoi bon accorder des conditions de travail correctes, n'est-ce pas?

C'est le jour où on a commencé à considérer qu'il fallait "inciter" les employeurs à prendre des jeunes qu'on a commencé à déconner. Et ça date des années 70,si j'en crois l'encart présenté à la page 17 du Monde Diplomatique de mars 2006.
30 ans plus tard, ça donne des jeunes qui, même avec un diplôme, n'osent pas exiger un salaire et se réinscrivent en fac pour faire un stage quand ils ne trouvent pas immédiatement du travail. Nous, les jeunes, avons intégré le fait qu'on n'était pas des vrais travailleurs... mais jusqu'à quand sera-t-on des pré-travailleurs? A quel âge, au bout de combien de stages aurons-nous le droit de dire que notre temps ne vaut pas moins que celui d'un quadragénaire etque nous voulons un salaire entier , ne serait ce que pour le temps que nous donnons à l'entreprise où nous faisons des stages? Il y a toute une frange de jeunes qui ne se sent simplement pas digne de demander un vrai salaire et des conditions de travail décentes. Et j'en fais partie malgré moi.

Il faut arrêter cette mascarade, le seul moyen d'en sortir c'est d'assainir complètement la situation. La compétence n'est pas une question d'âge ou de temps passé dans une entreprise! Ce n'est pas parce que le niveau d'études a augmenté que les études valent moins; nous sommes plus nombreux à en avoir fait mais cela ne justifie pas que nous soyions moins bien payés que ceux qui n'ont pas fait d'études mais ont grandi dans un monde où le titulaire d'une licence était une personnalité dans son village.

Face à cette demande d'assainissement, on me rétorquera que ce n'est pas comme ça qu'on va résorber le chômage des jeunes. Je suis d'accord, mais au moins on arrêterait de se cacher derrière son petit doigt. Que ceux qui ont les moyens d'embaucher embauchent et que ceux qui n'en ont pas les moyens se débrouillent avec ce qu'ils ont.
Les jeunes qui n'auront pas de travail se retrouveront au RMI (si on voulait bien descendre l'âge minimum à l'âge de sortie des études; encore une mesure qui considérait que les jeunes auraient tendance naturellement à se mettre au RMI plutôt qu'à chercher du travail. Mais quand cessera-t-on d'avoir ces a priori mesquins sur les jeunes? Quelle défiance! Pourquoi les jeunes plus que les moins jeunes seraient-ils enclins à demander une allocation sociale au lieu de chercher du travail, expliquez-moi??)
Donc les jeunes se retrouveraient peut-être au RMI ou aux crochets de leurs parents (ce qui, soyons honnêtes, est déjà le cas pour un grand nombre de jeunes) mais au moins on saurait qu'ils n'ont pas trouvé de travail, ils ne seraient pas camouflés sous les chiffres des étudiants, faisant des stages en touchant parfois moins que le RMI, sans être pris en compte dans les chiffres du chômage.

Dans certains pays (allemagne, italie) ,  on a fait une différence entre les stages pendant les études et les stages post-diplome... En France, depuis qu'on a lancé le mouvement de Génération Précaire, beaucoup nous disent "ah oui, vous avez raison, les stages post-diplôme, c'est scandaleux!". Mais qu'est-ce qu'un stage "post-diplome"? Quand une personne a un bac+2 et poursuit ses études pour avoir un bac+5, est-il normal que dans ses stages d'études elle soit moins payé que ses camarades de promo qui ont arrêté après le bac+2? Le bac+2 perd-il sa
valeur parce qu'on a continué ses études? Le problème est encore plus flagrant avec les mastère spécialisés. Est-ce normal qu'on prenne un bac+5 à 30% du SMIC sous prétexte qu'il est en
stage de mastère spécialisé alors qu'on utilise largement les connaissances qu'il a acquises pendant sa formation bac+5? ( et des stages qu'il a effectués auparavant, soit dit en passant, car on est rarement accepté en mastère spécialisé sans avoir fait des stages...)
Ces stages sont inscrits dans un cursus pédagogique mais sont aussi des stages post-diplome!

Plus notre lutte avançe et plus je me dis qu'en fait le plus sage serait de demander l'abolition des stages et le remplacement par des jobs d'été (avec un vrai contrat de travail). Il est absurde que je sois mieux payée pour faire télé-enquêtrice que pour faire un boulot de cadre en stage.

Il paraît qu'autrefois, il arrivait qu'on prenne le fils du patron en job d'été pendant les vacances et qu'on lui donne un salaire pour ce qui pouvait s'apparenter à un stage photocopieuse ou un vrai stage selon son niveau d'étude et l'adéquation entre la formation et l'entreprise.
Des plaintes ont été envoyées à la Halde pour que les jobs d'été confiés en priorité aux enfants du personnel soient considérés comme des pratiques discriminantes. Je sais qu'il ne suffit pas de décréter qu'il y a discrimination pour que les pratiques cessent, mais pour les stages aussi, de toute façon, on aura tendance à favoriser le fils ou la fille d'un ou d'une membre du personnel. Le stage comme moyen de permettre aux jeunes dont les parents n'ont pas de situation de découvrir l'entreprise, ça n'existe quasiment pas, sauf à avoir une réelle volonté politique de le favoriser. Je pense que lorsqu'on a une réelle volonté politique de donner accès à l'entreprise à des jeunes dont les parents n'ont pas un réseau important, on est capable de le faire autant pour des jobs que pour des stages. Les multinationales ne nous feront pas croire qu'elles ont pas les moyens de donner le smic pendant deux ou trois mois à quelques jeunes.

Je ne suis pas sûre de vouloir un statut du stagiaire; ceux qui ne veulent pas réformer les stages sont ceux qui se sont fait à l'idée de considérer les jeunes comme des sous-salariés, voire des sous-citoyens puisqu'on empêche que leur travail contribue à la protection sociale de l'ensemble de la population. Quant à ceux qui ont peur de créer un sous-statut, je pense qu'is se sont bien rendu compte (ou ça viendra très vite) que le problème est justement qu'un stagiaire ne devrait pas avoir le sous-statut "de fait" qu'il a actuellement.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Etienne kneipp 14/07/2006 15:34

Les stages et les impôts...!!! une honte pour notre nation...
 

Je suis enseignant et j'ai deux jeunes qui ont fait et qui font des études....j'ai un salaire d'enseignant, je ne roule pas sur l'or...je n'ai pas de yacht, ni des investissements faits à l'étranger : je ne touche pas 20 000 euros par mois comme certains présentateurs de télé.
 

Ce que j'ai fait, j'ai payé les études de mes enfants, payer leur nourriture, payer leur déplacement de stage, leur loyer...Cela correspond en gros par an à environ 15 000 euros...cela correspond à plus de cinq mois de salaire complet par an. J'ai des vacances scolaires, mais je n'ai plus les moyens de partir, de payer mon chauffage, ma situation financière est plus difficile qu'en début de carrière!!!!!avec la maison à construire!!!
 

En faisant ma déclaration d'impôts j'ai pensé bien faire en ajoutant ces frais en frais réels justifiés et j'étais de bonne foi...c'est dans l'optique d'acquérir-pour mes enfants-un travail rémunéré plus tard....
 

Mais voilà, j'ai tout faux....le centre des impôts me rappelle à l'ordre...plus de 4200 euros à payer en pénalité sur deux ans...explication du centre : Vous n'avez pas le droit de retirer des frais réels justifiés pour vos enfants, car ils ne touchent pas de salaire....c'est absurde....le fait de travailler lors d"un stage n'est pas un travail, ne faut-il pas se déplacer tous les jours et dépenser de l'argent pour pouvoir accèder au lieu de travail????et acquérir ensuite un travail?
 

Cela ne peut plus continuer ainsi...l'administration ne peut plus continuer à ignorer les énormes charges financières de personnes qui s'impliquent dans la recherche ou la qualification pour un emploi.
 

.Un père scandalisé par une administration qui va chercher des poux là où il ne faudrait pas les chercher....
 

Articles Récents