Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Soutien

Recherche

Comme une machine qui consommerait un maximum de pétrole uniquement pour entretenir sa surchauffe, l'intello du dessous consomme un maximum de facultés intellectuelles pour entretenir sa capacité à surmener son cerveau... en pure perte. Un pur produit de la société de surinformation dans laquelle on patauge...

Aujourd'hui j'ai décidé que tout ça allait sortir, et que je ferais connaître à  d'autres cerveaux surmenés et improductifs le chaos de mes pensées. Ca me fend un peu le coeur d'ajouter au flot d'informations inutiles qui circulent sur le net, mais il paraît qu'un être humain doit s'exprimer pour vivre, il paraît qu'il faut partager ses pensées pour qu'elles ne restent pas vaines. Alors bien sûr, cette décision tiendra jusqu'à ce que la somme d'informations que j'ingurgite chaque jour ne submerge la ressource mémoire où est née l'idée de ce blog, mais ne désespérons pas. Peut-être que le Bouddha qui veilla sur mon berceau me donnera la faculté d'entretenir mon jardin...

 

Archives

20 février 2006 1 20 /02 /février /2006 16:34

Il n'y a pas longtemps, j'ai lu sur Agoravox un texte sur l'expression "Droits de l'Homme" en français...Ce texte s'intitulait, "Dans le mot Hommes, vous voyez les femmes?". Un texte simplement clair, tentait une nouvelle fois de faire comprendre aux étroits d'esprit que la représentation impliquée par les mots n'est pas anodine. Et effectivement, quand on dit "Droits de l'Homme", on sait bien qu'il s'agit des êtres humains y compris les femmes, mais quand même... Juste un exemple caricatural. Quand on dit que les Hommes ont le droit à fonder une famille, des fois on oublie qu'on parle aussi des femmes. C'est comme ça que certains dérapent en disant que les hommes ont le droit de prendre femme et d'avoir des enfants... Ils pensent simplement expliciter le terme "fonder une famille"  , or non, ils viennent d'oublier la moitié de la population visée initialement. Le droit des femmes à fonder une famille devient ainsi la quasi obligation d'autoriser l'homme qui le souhaite à les prendre comme épouse et à leur faire des enfants ((s'y opposer serait s'opposer aux droits de l'homme!!! )...

C'est quand même très différent de l'idée de départ... Bref, il se trouve que parmi les réactions à cet article, il y avait des commentaires "amusés" d'hommes pour qui il s'agissait d'une "futilité".

 

Et c’est vrai, pour certains c’est un délire de féministes de vouloir dire «droits humains », c’est faire offense à la « Déclaration des droits de l’homme et du citoyen » de 1789… Mais bien sûr qu’on lui fait offense ! Les femmes lui font offense chaque fois qu’elles vont voter puisqu’elles n’étaient pas concernées par cette fameuse déclaration… Doit-on rester accrochés à cette déclaration par laquelle les hommes naissaient libres et égaux en droits ? Mais seulement les hommes, attention !! Vouloir y rester fidèle au point de ne pas accepter de changer un seul mot du titre, est-ce aussi vouloir rester fidèle à l’esprit de l’époque qui a tout bonnement exclu les femmes de la citoyenneté ? Il ne faut pas que les défenseurs de l’expression « Droits de l’homme » s’étonnent de se faire taxer de machisme, car ils restent attachés becs et ongles à la formulation exacte d’un texte qui ne fut pas exempt de machisme!  Eh oui, je sais, c’est l’insulte suprême, c’est une hérésie d’oser dire que la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ne prônait pas la véritable égalité, c’est presque une insulte à la France et à son Histoire, une insulte à la Révolution Française !! Mais si les pontes n’acceptent même pas de comprendre ça, comment croire qu’ils pensent vraiment aux femmes lorsqu’ils parlent de droits de l’Homme ?

 

Liens:  

« Droits de l’homme ou droits humains » : Le sexisme à fleur de mots

par Agnès Callamard, dans le Monde Diplomatique:

http://www.monde-diplomatique.fr/1998/03/CALLAMARD/10138.html


« Dans les mot Homme, vous voyez les femmes ? », par Marie-Christine Poncet, sur Agoravox

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=7000




Partager cet article

Repost 0
L'intello du dessous - dans Féminisme
commenter cet article

commentaires

Tigrou 24/09/2007 15:51

Les textes qui servent de fondement ont leur rôle à jouer (et quel rôle !) dans les progrès d'une société ... à leur époque seulement.Car les progrès offerts par de tels textes entrainent, bien souvent, d'autres progrès qui dépassent les textes sus-cités. Si on devait alors continuer à prendre pour argent comptant ce qui est dit dans ces textes, on s'opposerait aux propres progrès qu'ils ont entrainé.A ce rythme là, on en serait encore à croire que la Terre est plate et que le Soleil tourne autour !Il convient ainsi de ne pas lire mot pour mot ces textes, mais de les analyser et critiquer. Certains passages, s'ils n'appliquaient à la société de leur époque, ne peuvent être maintenus dans la société actuelle (ou à venir).L'ennui, chez l'être humain, c'est qu'il ne sait pas dialoguer avec lui-même, reconnaitre ses erreurs et les corriger sans tomber dans le fanatisme et se borner. Et on en voit les effets encore aujourd'hui ...

L'intello du dessous 26/09/2007 21:40

Je suis d'accord. Certains textes ne doivent pas être oubliés parce qu'ils ont été d'une importance énorme en leur temps. Heureusement que la déclaration des droits de l'homme reste une référence encore aujourd'hui.

caphi 10/08/2007 15:48

Bonjour, Au hasard des pages internet, je suis tombée sur votre blog plein de "méninges".Pour votre débat sur les mots/maux et les genres, je tiens à porter à votre connaissance - et en même temps à celles de vos lecteurs - de l'existence d'un troisième genre : les transsexuel(le)s.Journaliste et transsexuelle moi-même, j'ai créé, le 7 juillet 2007, un nouveau blog consacré à la TRANSIDENTITE (appelée improprement transsexualité) pour faire face à l'incompréhension - voire pire aux discriminations que nous subissons quotidiennement :http://caphi.over-blog.frDifférences (une webdromadaire de caphi)Merci de vous y rendre et, si vous le trouvez utile pour vos recherches, d'en faire la promotion auprès de vos contacts.Bien à vouscaphihttp://caphi.over-blog.frDifférences (une webdromadaire de caphi)

marianne 05/08/2007 15:56

très juste...

Marmotte 10/06/2006 21:25

Un petit morceau de mon précédent commentaire est lacunaire, le voici complet (désolée) :
En effet, les pays dont la langue - et je ne pense pas ici qu'à l'anglais - permet l'utilisation d'un pronom personnel neutre ne sont pas forcément moins sexistes que les pays francophones. Et entre les pays francophones, n'existe-t-il pas des divergences ?

Marmotte 10/06/2006 21:18

Bonjour,
Je viens de lire cet article qui met l'accent sur le choix des mots ce qui me réjouis d'autant plus qu'il s'agit de lutter contre le sexisme ambiant.
Cependant, l'expression "droits humains" ne me paraît pas être une bonne alternative à celle de "droits de l'homme". Un droit ne peut pas être humain. C'est un non-sens. L'expression "droit humain" laisse entendre que l'humanité est une caractéristique intrinsèque du droit, un peu comme si le droit était une nouvelle catégorie d'être humain. Parler de "droit humain" ne fait que qualifier le droit, le décrire, mais cela ne permet pas de désigner ce qui est visé, concerné par le droit, à savoir l'être humain, la femme autant que l'homme, l'humanité toute entière, et non seulement l'homme. Il me semble donc plus exact, bien que plus lourd, de parler de droits de l'être humain, de droit de l'humanité ou de droit des individus par exemple, car on sait ainsi à qui appartiennent ces droits.
Quant à savoir s'il faut changer le titre même de la déclaration de 1789 qui en France constitue le texte fondamental en la matière, je ne sais pas. Modifier cet intitulé, ne serait-ce pas aussi nier le machisme de l'époque ? Ne serait-il pas plus judicieux d'éduquer, de pointer du doigt ce type de discrimination sans les cacher pour autant ? Changer les choix des mots pour l'avenir sans forcément occulter les réalités passées ne serait-il pas une meilleure option ? Et si l'on choisit de changer le titre, alors pourquoi s'en tenir là ? Par souci de cohérence ne faudrait-il pas aussi engager une réforme de la langue française ? Arrêter de dire "ils" sont allés au cinéma lorsqu'on parle de Marc et Julien mais aussi de ANNE ?Je ne crois pas qu'un tel formalisme jusqu'au boutiste permette, ou du moins suffise à lui seul, d'opérer dans les mentalités un changement de fond. En effet, les pays dont la langue - et je ne pense pas ici qu'à l'anglais - ne sont pas forcément moins sexistes que les pays francophones. Et entre les pays francophones, n'existe-t-il pas des divergences ?
L'étude de la relation langue / sexisme, mériterait une étude fort approfondie pour évaluer l'opportunité d'une réforme. Il est important en effet de comparer l'efficacité sociale, le cas échéant le coût social par rapport au coût de la réforme pour juger de son opportunité.
Cependant je me réjouis de voir que les femmes ne s'endorment pas et continue de lutter pour faire leur place dans la société à l'égal de celle des hommes car les victoires du féminisme ne sont décidément pas acquises dans ce monde où le sexisme va bon train...malheureusement.
Marmotte

Articles Récents