Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Soutien

Recherche

Comme une machine qui consommerait un maximum de pétrole uniquement pour entretenir sa surchauffe, l'intello du dessous consomme un maximum de facultés intellectuelles pour entretenir sa capacité à surmener son cerveau... en pure perte. Un pur produit de la société de surinformation dans laquelle on patauge...

Aujourd'hui j'ai décidé que tout ça allait sortir, et que je ferais connaître à  d'autres cerveaux surmenés et improductifs le chaos de mes pensées. Ca me fend un peu le coeur d'ajouter au flot d'informations inutiles qui circulent sur le net, mais il paraît qu'un être humain doit s'exprimer pour vivre, il paraît qu'il faut partager ses pensées pour qu'elles ne restent pas vaines. Alors bien sûr, cette décision tiendra jusqu'à ce que la somme d'informations que j'ingurgite chaque jour ne submerge la ressource mémoire où est née l'idée de ce blog, mais ne désespérons pas. Peut-être que le Bouddha qui veilla sur mon berceau me donnera la faculté d'entretenir mon jardin...

 

Archives

15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 01:10
J'ai cru être dans une bonne école parce qu'il y avait une sélection à l'entrée. Mais ayant des parents qui ont trouvé les moyens de me permettre de faire ces études sans que j'aie vraiment conscience de leur coût, je ne me suis pas rendue compte tout de suite qu'une autre sélection s'était opérée, par l'argent.
Et du coup, là où je croyais trouver des gens intelligents et travailleurs je me suis trouvée entourée de gamins immatures ne connaissant pas la valeur de l'argent et se croyant plus intelligents que leurs profs, puisqu'on leur avait inculqué la haine des profs, assimilés soit à des gauchistes soit à des incompétents qui s'étaient retrouvés là parce qu'ils n'avaient pas su faire carrière en entreprise. De leurs doctorats et autres diplômes, ils n'en avaient cure, ils ne prenaient au sérieux que ceux qui avaient fait auparavant la même école, ou une "mieux classée".
J'ai été extrêmement déçue du niveau dans ces écoles qui se vantent d'avoir un taux de placement exceptionnel.  A la fin des deux années de préparation intégrée, la direction a décidé de mettre une dictée obligatoire pour l'entrée en cycle ingénieur. Ce qui me semblait un minimum pour prétendre à un diplôme d'ingénieur leur a paru scandaleux. Savoir écrire français ne leur semblait pas nécessaire.
Et le pire dans tout ça, c'est  que ces gens ont de meilleurs salaires que des universitaires dont l'intelligence m'inspire le respect.
C'est vraiment une caste de riches qui s'entretient, faisant croire que c'est le mérite qui les amène à gagner confortablement leur vie quand c'est en fait l'argent de leurs parents et l'entretien d'un réseau de relations bien placées.
Même quand on nous parle d'être arrivé à la force des poignets (cf Nicolas Sarkozy ou Rachida Dati) il s'agissait plus de lécher les bonne bottes et de sortir dans les bons endroits que de travail personnel et d'acharnement à se sortir de l'ignorance.
D'ailleurs aucun élève de grande école ne me contredira, on entre dans une grande école pour son réseau plus que pour la qualité de l'enseignement qui y est dispensé, des nos jours. Les dirigeants d'HEC ne s'y trompent pas, qui utilisent cela comme leur principal argument pour attirer les meilleurs élèves... qui en ressortiront avec un lavage de cerveau capitaliste du meilleur effet sur les recruteurs du privé.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Eric 24/11/2007 22:15

Employer le mot "déchet" comme le fait Mehabel, prouve simplement que les poncifs les plus débiles du libéralisme sont entrés très profond dans les têtes. Et que dire de ton commentateur de droite! Sinon, très bien ton billet!

L'intello du dessous 25/11/2007 21:45

ben comment ne pas enterriner ce genre de poncifs quand on apprend justement dans les écoles à  "se vendre"? Et surtout à ne pas trouver scandaleux d'utiliser ce mot pour des êtres humains?Bon pour le "très bien ton billet' c'est gentil mais bon c'est surtout un coup de gueule assez peu réfléchi et assez injuste pours les gens intelligents et travailleurs qui se trouvent (aussi) dans les grandes écoles.Le vrai drame, c'est quand, jeune et influençable, j'ai cru qu'il fallait faire gagner le respect des  branleurs qui se la jouaient le plus, et qui faisaient le concours à celui qui bosse le moins et se déchire le plus la tête dans les soirées.Mais ça j'imagine que ça sera la troisième partie, si elle veut bien sortir un jour...

mebahel 19/11/2007 08:51

Bonjour.
J'ai été de ces jeunes ados qui n'ont pas pu faire les études de leur choix, ni avoir la possibilité de me planter une année: m'a fallu tout de suite bac en poche, trouver un truc rémunérateur.
Et (re)prendre ses études à la quarantaine, tout en bossant, avec toute la self-esteem qu'on peut avoir, c'est pas vraiment facile ni valorisant en termes de: eh merde, si j'avais pu faire ça plus tôt.

Je suis par ailleurs mère d'un gamin qui entre dans ce cadre là:
"Je ne démontre pas que les écoles privées sont bondées de gens friqués, mais qu'elles sont privées de gens qui n'en ont vraiment pas les moyens."
A savoir que non seulement le prêt était difficile à obtenir, mais en plus les remboursements post études colossaux en cas de salaire pas énorme, et donc qui seraient tombés sur le dos de mamankipeupas les assumer.
Alors la self-esteem de Anta, elle me fait doucement rigoler.
Nombre de gens ne font pas les études qu'il voudraient faire.
Nombre de gens n'exercent pas les métiers pour lesquels ils ont les capacités mais n'ont pas pu en acquérir les compétences, ou, les ayant formées, ne peuvent pas s'en servir.
Tant pis c'est la loi du marché: faut accepter qu'il y ait du déchet.
Le tout est de ne pas être dans le tas de déchet.
Bullshit, comme dirait l'autre.

L'intello du dessous 19/11/2007 10:01

Merci beaucoup mebahel de ton témoignage. Oui ça existe les gens qui ont des capacités mais pas les moyens de faire les études qu'ils voudraient.Ma démarche est complètement débile et incomprehénsible, c'est sûr. Je devrais jouir tranquillement de mes privilèges de diplomée de grande école, me dire que j'ai eu ce diplome parce que je le vaux bien, continuer à entretenir le mythe de la Grande Ecole qui mène à tout et qui forme excellemment bien des gens extrêmement brillants. Et au lieu de ça je  perds mon temps à essayer de faire comprendre aux politiques qu'obliger tous les étudiants à faire des stages sans leur permettre de gagner leur vie pendant ces stages, c'est tout simplement empêcher les "moins favorisés" (comme ils disent) d'obtenir des diplômes. T'as raison mebahel , la loi du marché c'est d'accepter qu'il y ait du déchet, ça doit être mon côté écolo qui fait que ça me révolte qu'on valorise pas ce qui peut l'être dans le tas de déchets!!

bertrand 18/11/2007 11:58

Comment dire... Moi j'étais reçu dans un certain nombre d'écoles et pourtant j'ai choisi la fac. j'avais les moyens (ceux de mes parents) et je connaissais aussi la valeur de l'argent... j'ai choisi la fac et j'y ai croisé beaucoup des personnes de milieux extrêmement différents, des gens supers dans tous les cas, et jamais de couillons qui voulaient bloquer la fac... Z'étaiant pas en économie ces gens là... La fac c'est hachement bien, sauf quand elle est prise en otage par une minorité...
Tout ça pour dire: non aux raccourcis qui consistent à démontrer que les écoles privées sont bondées de gens friqués et que la fac est remplie de communistes dont le seul objectif est de faire psycho après avoir foiré socio...

L'intello du dessous 18/11/2007 23:07

ah ben au moins il y a une chose sur laquelle on est d'accord: je n'ai jamais aimé le raccourci disant qu'en fac il n'y avait que des communistes.Après, je n'affirme pas non plus qu'il n'y avait QUE des gens friqués en école (il y en a qui avaient des moyens modestes mais qui avaient pu emprunter) mais je dis que ceux qui étaient là n'étaient pas forcément les meilleurs des meilleurs comme on cherchait à nous le faire croire (et comme on continue toujours à nous le faire croire: je ne sais pas quand vous avez fait la fac, mais vous n'êtes pas sans savoir que maintenant, pour un certain nombre de boulots on jette directement les CVs de ceux qui ne sortent pas de grande école, comme si la fac ne pouvait pas laisser filtrer des gens de qualité et travailleurs, voire des gens comme vous qui auraient préféré la fac à une école. Je ne démontre pas que les écoles privées sont bondées de gens friqués, mais qu'elles sont privées de gens qui n'en ont vraiment pas les moyens. Et c'est regrettable. Si toutes les études supérieurs devaient suivre ce chemin, je ne suis pas sûre qu'on gagnerait en qualité des diplômés, mais en accentuation des inégalités de départ, oui.

lulu 18/11/2007 00:47

"Pourtant, aucun prêt, à ma connaissance, n'a été refusé."D'habitude, quand on se voit refuser un prêt, on ne le crie pas sur les toits...Sinon je suis d'accord il y a bien d'autres éléments que le mérite qui entrent en ligne de compte pour faire des études. Milieu social, situation financière, principalement (à mon sens).

L'intello du dessous 18/11/2007 23:13

Le bibliothèque des parents, le climat plus ou moins serein du foyer joue aussi, mais bien avant l'après bac...

Anta 16/11/2007 17:14

J'ai moi même eu la chance (et j'en ai toujours été conscient) de ne pas avoir à faire un prêt pour mes études. Oui, effectivement, je suppose que les banques ont demandé la caution de leurs parents...Caution surtout symbolique puisque ceux-ci n'ont (vraiment) pas des revenus mirobolants, ni patrimoine. Pourtant, aucun prêt, à ma connaissance, n'a été refusé.Aujourd'hui, ils occupent tous des postes qui leurs permettent de rembourser leur emprunt sans aucun mal.Alors à moins d'avoir vraiment très peu de self esteem, je ne vois vraiment pas où est le pb...

L'intello du dessous 17/11/2007 00:53

self esteem , c'est le mot!Y a des milieux où c'est plus facile d'en avoir... Mais bon, si tu dis qu'il y a pas de problème, t'as sûrement raison. Amen. Face à un tel déni, je peux pas dire grand chose de plus. (cela dit, j'ai longtemps trouvé ça plus facile d'être dans le déni... ne pas me rendre compte que ceux qui bossent pour leurs études ne pouvaient pas faire les études que je faisais puisqu'on n'avait vraiment pas de temps en trop...ne pas me rendre compte que des parents peuvent se porter caution pour un enfant, mais pas pour les trois s'ils en ont trois, et pas s'ils sont déjà surendettés pour leur maison ou autre...) Sans parler de ceux qui n'envisagent pas d'études longues parce que le foyer est déjà tellement dans la merde (famille monoparentale avec plusieurs enfants ou parents au chomage) qu'ils ont intérêt à un chercher un boulot tout de suite après le bac (voire avant) pour aider leurs parents. Tu sais, je cherche pas à faire culpabiliser les gens dont les parents ont pu payer les études, seulement il est faux de dire que ça ne pose aucun problème de s'endetter, c'est une vision idyllique loin de la réalité. Et tant qu'on n'a pas décidé d'enlever ses lunettes roses, on le voit pas. Je sais qu'on trouvera toujours l'exemple extraordinaire du type qui s'en est sorti grâce à un prêt d'honneur parce qu'il était brillantissime et qui a mené ses études avec succès malgré un milieu d'origine ultra modeste financièrement et intellectuellement. Mais faut quand même être honnête. M'enfin, tout ça c'est bullshit si tu veux. Ca fait longtemps que je ne cherche plus à convaincre, j'imagine qu'il faut avoir une low self esteem comme moi pour bien vouloir voir tout ce qui -en dehors de notre propre mérite- nous a permis d'avoir ces diplômes dont d'autres n'entendront même pas parler.

Articles Récents