Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Soutien

Recherche

Comme une machine qui consommerait un maximum de pétrole uniquement pour entretenir sa surchauffe, l'intello du dessous consomme un maximum de facultés intellectuelles pour entretenir sa capacité à surmener son cerveau... en pure perte. Un pur produit de la société de surinformation dans laquelle on patauge...

Aujourd'hui j'ai décidé que tout ça allait sortir, et que je ferais connaître à  d'autres cerveaux surmenés et improductifs le chaos de mes pensées. Ca me fend un peu le coeur d'ajouter au flot d'informations inutiles qui circulent sur le net, mais il paraît qu'un être humain doit s'exprimer pour vivre, il paraît qu'il faut partager ses pensées pour qu'elles ne restent pas vaines. Alors bien sûr, cette décision tiendra jusqu'à ce que la somme d'informations que j'ingurgite chaque jour ne submerge la ressource mémoire où est née l'idée de ce blog, mais ne désespérons pas. Peut-être que le Bouddha qui veilla sur mon berceau me donnera la faculté d'entretenir mon jardin...

 

Archives

2 novembre 2005 3 02 /11 /novembre /2005 00:00
J'ai vu Patrick Viveret pour la première fois à une conférence du cycle "Rencontres avec des hommes remarquables" (je passe sur le mot "hommes"... J'espère qu'un jour ils se rendront compte que des femmes remarquables existent aussi, et que dans ce cas, dire "homme", ce n'est pas vide de sous-entendus...).

Et pour être remarquable, il l'est!

Bien sûr, j'avais déjà entendu parler de son rapport "Reconsidérer  la richesse", paru en 2001, dans lequel il fait une admirable critique du PIB comme seul indicateur de richesse, et fait la part belle aux nouvelles formes de définition de la richesse: Indice de Développement Humain, PIB vert, indicateurs sociaux et écologiques et "Net National Welfare".

Mais l'entendre en "live", c'était une vraie bouffée d'oxygène. Ca fait tellement de bien d'entendre dire que la valeur marchande n'est pas la seule manière de déterminer la valeur d'une action...

Surtout quand on est précaire et qu'on produit une valeur marchande quasi nulle, ça fait tellement de bien d'entendre quelqu'un revendiquer comme richesse de la société les activités non génératrices de monnaie qu'on effectue tous les jours; lien social, militantisme, défense de l'environnement...

J'encourage tout le monde à lire ce livre; les obsédés du bénéfice net comme les soi-disant "inactifs" qui se croient inutiles, les drogués du travail comme les adeptes du "laisser-aller", les "élites de la nation" comme les "rebuts de la société".

Une bouffée d'air frais, je vous dis!!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents