Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Soutien

Recherche

Comme une machine qui consommerait un maximum de pétrole uniquement pour entretenir sa surchauffe, l'intello du dessous consomme un maximum de facultés intellectuelles pour entretenir sa capacité à surmener son cerveau... en pure perte. Un pur produit de la société de surinformation dans laquelle on patauge...

Aujourd'hui j'ai décidé que tout ça allait sortir, et que je ferais connaître à  d'autres cerveaux surmenés et improductifs le chaos de mes pensées. Ca me fend un peu le coeur d'ajouter au flot d'informations inutiles qui circulent sur le net, mais il paraît qu'un être humain doit s'exprimer pour vivre, il paraît qu'il faut partager ses pensées pour qu'elles ne restent pas vaines. Alors bien sûr, cette décision tiendra jusqu'à ce que la somme d'informations que j'ingurgite chaque jour ne submerge la ressource mémoire où est née l'idée de ce blog, mais ne désespérons pas. Peut-être que le Bouddha qui veilla sur mon berceau me donnera la faculté d'entretenir mon jardin...

 

Archives

19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 12:13
Quand j'ai été voter au premier tour,  un des assesseurs a insisté lourdement pour que je revienne dépouiller les  bulletins le soir . Je me suis tournée vers mon père qui votait avec moi, tout content de dire "oui oui, je suis un bon citoyen" . Seulement l'assesseur, ça lui suffisait pas, il voulait la jeune aussi! Un peu contrainte et forcée, j'ai fini par dire "ok, je viendrai aussi"... Tant pis pour mon copain qui passera la soirée électorale tout seul devant sa télé; ça va être dur pour lui, dans son quartier de droite.

Et puis finalement, j'ai trouvé ça rigolo et je suis revenue en deuxième semaine, volontairement. Vous vous rendez compte, une diplomée flemmarde qui vit encore chez son papa, on la considère assez citoyenne et digne de confiance pour compter les bulletins de votes; quelque part, je trouve ça  génial. Personne, mais personne, de toute la soirée, ne m'a demandé ce que je faisais dans la vie ou quels diplomes j'avais eus. Après une campagne électorale où on nous a bien fait comprendre que la dignité, c'était le travail, et rien d'autre, je découvre une autre facette de la démocratie, la vraie, où  même un "parasite de la société qui ne cherche même plus de boulot " peut participer au décompte des voix de  ses concitoyens. Certains diront que pour trouver de la fierté à faire ça, il faut vraiment avoir un égo bien écorché, d'autres diront qu'une soirée de dépouillement c'est juste chiant, moi je n'y peux rien, j'ai depuis toute petite cette haute idée de la démocratie et du scrutin qui fait que je suis fière comme un pape quand je vais voter. (évidemment, j'imagine que papa_bon citoyen n'y est pas pour rien...).

Me voilà donc dimanche soir devant l'école maternelle, avec un bon paquet de mes concitoyens -bonne poire ou très concernés- à attendre que le bureau de vote ferme et qu'on appelle les scrutateurs. Certains potassent le mode d'emploi du bon scrutateur, d'autres discutent en habitués, d'autres dévisagent tout le monde d'un air étonné; "ah, ils habitent à côté de chez moi, tous ces gens là???"

Ma soeur appelle de Lorraine; je lui explique qu'on est dans une circonscription clé de Paris, qu'on n'arrête pas de parler de nous dans les journaux et que c'est le-très-médiatique-Arno-Klarsfeld qui se présente.
_Ah , y a des journalistes?
_Heu non, pas là maintenant, y a beaucoup de bureaux de vote quand même!
Déception au bout du fil. Pas grave, moi je sais que même dans mon bureau de vote , ce qui se joue est important.
Ca y est, on constitue les tables. Je suis la première de ma table. J'attends avec un peu de curiosité qui on va me coller comme collègues, je vois arriver trois jeunes hommes; à croire qu'ils cherchent à me caser! Il y en a un que je connais déjà; il était assesseur la semaine d'avant, excité comme une puce lors de l'annonce des résultats du bureau, et répétait comme s'il voulait en persuader tout le monde qu'elle allait passer au deuxième tour. PS ou pas, je sais donc déjà qu'il penche à gauche. Mais on essaye de rester neutres lors du dépouillement.
On passe cinq minutes à décider entre nous qui va noter, qui va ouvrir les enveloppes, qui va annoncer les noms écrits sur les bulletins. Pendant cinq autres minutes, on regarde les scrutateurs de l'autre bureau qui commencent à dépouiller sans que rien ne vienne de notre côté -ce qui met mon voisin d'en face dans un état de nervosité difficilement dissimulé. Mon voisin de gauche compare la situation à un club du troisième âge, regroupés par tables de quatre pour jouer au bridge; c'est vrai qu'aux tables voisines, les scrutateurs qui commencent à compter les enveloppes par paquet de dix ont un peu l'air de jouer aux cartes. Ca nous amuse deux secondes mais mon voisin d'en face revient vite au sujet qui le préoccupe : mais pourquoi on n'a toujours pas d'enveloppes? Y a peut-être un problème dans le compte des enveloppes et des personnes qui ont voté, la semaine dernière ils ont du recompter trois fois.....

On a décidé que j'énoncerais les noms des candidats et que je ferais les tas. Pourvu que je bute pas trop de fois sur "Klarsfeld"...la semaine dernière la dame qui lisait les bulletins accrochait une fois sur deux: "Karsfeld" , "Klarfled" "Karlfed" "Kalsfred". C'est sûr que Mazetier, ça a beau être plus long, c'est moins casse-gueule. Par chance, on n'avait eu aucun bulletin nul, juste un Klarsfeld en double. (j'en profite pour vous apprendre qu'on a le droit de mettre deux bulletins du même candidat, ça compte quand même; les scrutateurs déchirent le deuxième bulletin et gardent le premier).

Et hop, c'est parti. Au début, chaque candidat fait quasiment un bulletin sur deux. C'est serré, on dirait. Après j'ouvre un paquet de bulletins Mazetier à la suite. "Ils sont venus en troupeau", que je dis, ce qui fait sourire mes voisins de table. C'est vrai que c'est un peu chiant, alors on sourit d'un rien :)
La plupart des bulletins sont pliés en deux. Sauf quelques uns pliés en quatre, ce qui est relativement pénible pour celui qui déplie. Au premier, un bulletin Klarsfeld, je dis "y a des maniaques quand même!". Au 5e qui était encore un bulletin Klarsfeld, mon voisin d'en face et moi on se prend un fou rire. Les maniaques sont de droite, y a pas à tortiller! Nos deux collègues, trop concentrés à compter leurs bâtons, n'ont rien remarqué. Tant mieux, c'est plus facile de calmer un fou rire à deux qu'un fou rire à quatre.

On n'a pas encore fini notre première centaine que le bureau de vote d'à côté annonce ses résultats. Klarsfeld n'a que 5 voix d'avance sur Mazetier. Mon voisin d'en face a l'air content, les autres se demandent pourquoi. Soucieuse de transmettre le patrimoine culturel du quartier, j'explique à mes autres collègues qu'un vieux de la vieille qui était là la semaine dernière nous expliquait que le bureau d'à côté avait toujours été plus à droite que le nôtre. Au premier tour, Klarsfeld avait énormément d'avance chez eux, et donc 5 voix de plus au deuxième tour, c'est peu. Bon signe pour Mazetier. Mais retournons à nos moutons; c'est le cas de le dire. On a fini notre première centaine, vite, vite une autre enveloppe!! Entre temps, le voisin d'en face nous explique que pour être assesseur, il faut être dans un parti dont un candidat est présent à l'élection concernée. Bien sûr, il ne va pas nous dire dans quel parti il est, mais visiblement, un de ceux qui ont été éliminés. PC? Vert? Il a tellement l'air d'être pour Mazetier, ou plutôt contre Klarsfeld, que je ne pense qu'à des partis de gauche. J'apprendrai plus tard dans la soirée, lors de l'annonce des résultats, qu'il est du MoDem! Surprise!!! Un MoDem qui penche dangereusement à gauche quand même, non?? Ou juste un bisounours qu'on a bien caressé du côté gauche?

A l'annonce des résultats, plus de 100 voix d'avance pour Mazetier sur environ 900, mon collègue bayrouiste, mon père et moi décidons d'aller voir du côté de la mairie les résultats globaux. On entend une clameur en arrivant "On a gagné! ". Un monsieur dans l'escalier s'amuse "ben qui a gagné? Y en a forcément qui ont perdu, non?" Arrivés en haut de l'escalier, on se passe le mot: "Juppé est battu !!" C'est cool, tout le monde a l'air content. Y a que des gens de gauche ici? Ah! Bon! Je revois deux jeunes venus exprès la semaine dernière entendre les résultats du bureau de vote. "Vous étiez déjà venus pour les présidentielles?" "non, non, mais là, Klarsfeld nous sort vraiment par les trous de nez, on veut être sûrs qu'il soit battu!".

Bousculade, Sandrine Mazetier arrive vers l'escalier central;  caméras, photographes, micros, rebousculade... Au secours! Me voilà coincée entre la balustrade et elle, les caméras en plein en face. Mais je veux pas passer à la télé, moi!! Remouvement de foule, Sandrine veut aller vers la balustrade pour parler à la foule, ça pousse tellement dans tous les sens que je me dis "heureusement qu'elle est pas trop grande, elle serait passée par dessus!". "Sandrine, Sandrine!!" Ca crie de partout, ça sourit, ça applaudit. Au gré d'un mouvement de foule, on aperçoit l'écran qui diffuse la télé au fond d'une salle, et la projections de sièges à l'Assemblée. Waw, 4 députés du MoDem, mon collègue est ravi; waw, 4 députés Verts, je suis ravie! Et même des députés communistes, je rêve!

Mine de rien, ça fait chaud au coeur, j'en aurais presque oublié que Sarkozy était quand même président... J'aurais presque envie de m'installer dans ce quartier pour toute ma vie, quitte à vivre sous un pont quand mes parents auront déménagé! Ou ptetre même à me trouver un vrai boulot qui me permette de me payer un appart! Youpi, je vais rentrer à l'Assemblée avec Sandrine! Comment ça, je suis naïve? Comment ça, les lois de droite passeront quand même? Je m'en fous!! On a fait notre boulot, on est contents! Et on a de l'espoir tout plein!





Partager cet article

Repost 0
L'intello du dessous - dans Politique
commenter cet article

commentaires

augenblick 24/06/2007 22:46

Oui c'est vrai... Si on remplace intelligence dans cette phrase par aptitudes intellectuelles et techniques nécessaires à la réalisation d'une tâche, cela serait plus proche de la réalité. Allez, j'arrête avec mes commentaires hors sujet ;)

augenblick 24/06/2007 13:10

Il m'est arrivé trop souvent de voir des gens finement intelligents, créatifs et généreux subir d'importantes pressions de la part de salariés d'une entreprise, simplement parce qu'ils dépassaient la moyenne intellectuelle du groupe. Le discours officiel est de prôner le travail et l'intelligence, mais on sait bien que la demande est tout juste celui de la normalité pour que la société se reproduise à l'identique au bénéfice des mêmes privilégiés. De toute façon, les gens intelligents sont forcément des fainéants puisqu'ils comprennent plus vite que les autres ;)(Oui ce n'était pas le sujet...)

L'intello du dessous 24/06/2007 16:06

Si tu veux mon avis, même dans le discours officiel, on n'en est même plus à prôner le travail et l'intelligence, mais le travail tout court. Point.

THIERRY 22/06/2007 23:27

soit, soit, en effet on peux etre contre M.Sarkozy et le faire savoir, mais quand dans la presse Mme Royal annonce qu'elle n'a jamais cru au 35 heures ni au 1 500 euros du smic on est en droit de se poser des questions????

imaginez un court instant: Super elle est élue!!

elle engage des réformes sur des proposition auquelles elle n'a jamais cru!!!

c'etait mener la france à la RUINE

bien allons y!!!! essayons

faisons 35h payé 1 500 euros.

un salarié employé depuis 10 ans qui justement touche ces fameux 1 500 euros ne doit pas vraiment etre d'accord sur le fait qu'un nouvel embauché gagne comme lui, alors qu'il commence à peine de travailler.

donc ce salarié que fait il?

il va demander une augmentation a son patron, celui ci lui dira:" désolé je ne peux pas" donc conflit, grêves, etc...

de plus pour une campagne mené entierement sur le fait:" tout sauf Sarkozy", les propositions étaient quelques peu bien maigre voir inexistantes!!!!! et de plus elle n'y croyait même pas.

alors arretons ces chamailleries et surtout mettez vous au boulots bandes de féniants

le social c'est bien pour toucher les allocs, mais pour bosser y a plus personnes.

je suis patron de ma société, je bosse 70 heures par semaine pour gagner deux fois moins qu'un salarié (nouvellement embauché) je suis écrasé par les charges diverses et variés mais tous les matins je me leve et je vais au boulot.

une petite chose pour finir, c'est facile de gueuler contre les patrons mais y en a pas beaucoups qui essaient d'en faire autant.

j'ai été salarié pendant 10 ans dans une boite, et je me suis lancé, faites en autant!!!!

voila fallait que ça sorte maintenant c'est dit

merci de m'avoir lu

L'intello du dessous 24/06/2007 04:28

Ok je comprends votre point de vue sauf le "bande de fainéants" . Car si je me traîte moi même de faignante, c'est de l'autodérision, mais je ne veux pas qu'on applique ce terme à tous les chômeurs.Ensuite, tous les employeurs ne sont pas incapables de monter le smic à 1500 euros.; et pour ceux qui en sont incapables, ça fait des années déjà que la gauche et la droite multiplient les exonérations pour tel et tel type d'emploi,etc... C'est bien de vous être lancé, c'est dommage d'en profiter pour dénigrer les autres.Monter sa boîte, on y pense toujours à un moment ou un autre, mais autant c'est assez faisable après 10 ans d'expérience, autant c'est assez difficile quand on n'a jamais réussi à avoir une expérience de plus de 9 mois dans une entreprise. Ce qui ne veut pas dire que c'est impossible. Vous deviez le dire, c'est sorti ok, mais c'est tout de même gênant que ça sorte par le biais du "moi je me bouge le cul", surtout en réponse à un article qui ne présentait pas de plainte particulière sur ma situation.Et puis Royal, c'est un autre problème. Si elle n'y croyait pas, tant pis pour elle, je ne crois pas qu'elle ait non plus la science infuse sur ce qui est possible ou non. Elue, elle ne l'aurait pas appliquée elle même mais fait appliquer par un gouvernement socialiste qui lui y aurait cru (peut-être). Ce n'est pas ce qui vous fait dire que ça mènerait le pays à la ruine, je pense, le fait qu'elle y ait cru ou pas.Après selon certains, la France est déjà à la ruine, Séglène Royal ou pas. Pour moi, la France est un pays riche dans lequel une frange de la population vit avec beaucoup de moyens pendant qu'une autre frange vit avec très peu de moyens. Je n'en suis même pas à dire qu'une frange vit très bien pendant que l'autre vit très mal, parce que j'ai de plus en plus l'impression que la qualité de vie n'a rien à voir avec les revenus. Et que ce n'est pas forcément l'épuisement au travail 70h par semaine qui soit la solution à nos problèmes de société, alors même que des activités complètement improductives du point de vue du PNB peuvent améliorer grandement cette qualité de vie. Les propositions de l'autre côté, comme vous dite, ont pu vous paraître maigres. C'est vrai que les discours n'étaient pas forcément à la hauteur de ce qu'on aurait pu attendre, mais les propositions étaient au moins plus acceptables pour moi que celles de Sarkozy : faire une société d'héritiers, où on considère que le fruit du travail des parents doit revenir naturellement aux enfants, ça ne me convient pas d'un point de vue idéologique , quand bien même ça pourrait me convenir d'un point de vue personnel si j'avais l'espoir d'avoir un bon héritage de mes parents (et soit dit en passant, la valeur travail en prendrait un coup: à quoi bon travailler? On attend tranquillement l'héritage et on se fait entretenir en attendant!) . Assimiler le devoir de mémoire vis à vis de la colonisation à une haine de soi qui ne mène à rien et qui empêche d'avancer, à part décomplexer les racistes, je ne vois pas à quoi ça sert.Enfin, je ne vais pas revenir sur tout ce qui m'a déplu dans son discours et ses projets, ce n'est pas le sujet :)

zab 21/06/2007 06:26

Il est très bien, votre article sur le dépouillement.Puis-je me permettre de vous dire que n'importe qui peut contribuer au dépouillement un soir d'élection, et qu'il n'est point besoin d'y être "invité" par les responsables du bureau de vote.Je me permets d'insister là-dessus, parce que ce "n'importe qui" permet que le dépouillement ne soit pas "squatté" par un groupe ou un autre.Chez nous, souvent, je vais au bureau de vote au moment de la fermeture et je me propose pour le dépouillement.Comme ils n'ont jamais trop de monde, je me retrouve systématiquement à une table ; ça permet un éventail de gens variés.Et je termine en disant que je me bats pour qu'on abandonne le vote électronique qui empêche totalement cette sorte d' "appropriation" du vote par ses électeurs, entre autres inconvénients.

L'intello du dessous 21/06/2007 12:55

Oui effectivement, j'ai bien vu que je pouvais me porter volontaire. Mais bien souvent, les gens se laissent convaincre plus qu'ils ne cherchent à être scrutateurs.

augenblick 20/06/2007 12:35

Ah tiens, moi aussi j'ai écrit cric ;)

Articles Récents